CR de la séance 2 du séminaire #EPHN2017 – Intervenant: Andrea Del Lungo

La seconde séance du séminaire a été consacrée à un monstre de la littérature française, Balzac.
Andrea Del Lungo (Lille 3) est venu présenter le projet d’édition numérique eBalzac, construit à partir du projet ANR Phoebus qui propose une édition numérique hypertextuelle des œuvres de Balzac.
Ambitieux et particulièrement attentif aux usages scientifiques, le projet se présente comme une édition numérique enrichie de l’œuvre de Balzac permettant la mise en avant des textes sources qui ont pu influencer l’écriture balzacienne.

La production balzacienne est ainsi comparée à trois types de texte susceptibles de l’avoir influencé: les œuvres romanesques d’autres auteurs contemporains ou antérieurs (depuis 1750 environ), des ouvrages scientifiques contemporains ou légèrement antérieurs, notamment en sciences naturelles, médecine ou physiologie et la littérature panoramique, comme celle des Tableaux de Paris par exemple.

L’édition en ligne, accessible d’ici quelques mois, signalera les sources, les citations, les réemplois, les homologies, etc. D’un point de vue scientifique, elle détectera les réemplois en utilisant des fragments d’homologies, elle permettra la visualisation et la cartographie des sources littéraires et elle contribue à l’étude des savoirs inscrits dans le texte balzacien. Loin d’être utile uniquement au spécialiste de Balzac, le projet appréhende une époque, une culture et la met en perspective par le biais de textes divers. En outre, le projet contribue à la recherche génétique sur l’écriture des textes et de façon plus générale, il pose des questions problématiques sur les usages et réemplois d’expression ou de textes issus d’autres ouvrages. Par ce biais, on peut donc interroger la notion de source par rapport à celle de plagiat. Les informaticiens du projet ont par exemple affiné les logiciels de détection de plagiat grâce à l’analyse des réemplois chez Balzac.

L’intervention d’Andrea Del Lungo a mis en évidence un projet de recherche dont les applications sont très concrètes, tant pour le chercheur en Lettres, que pour l’historien ou encore le linguiste et l’informaticien. Mais le pédagogue aussi, ou l’enseignant, qu’il soit du secondaire ou post-bac trouve ici un outil performant pour faire travailler les élèves et/ou les étudiants. Comme l’a souligné Elie Allouche, chargé du développement du numérique au Ministère de l’Education Nationale, le projet d’édition eBalzac est susceptible d’interroger de nombreux enseignants qui doivent faire découvrir le roman du XIXe siècle aux élèves.

Cette diversité de publics a poussé les auteurs du projet à travailler avec attention au design de la plateforme. L’objectif est bien sûr qu’elle soit aussi simple que possible, facile d’utilisation, sans négliger l’aspect documentaire. Ainsi, l’édition électronique permettra malgré tout d’avoir accès aux pages photographiées de l’édition originale, le Furne corrigé, afin de montrer les corrections de Balzac lui-même au moment de la réédition de ses œuvres. De la même façon, les auteurs qui ont inspiré Balzac seront représentés par leur portrait et dans une organisation permettant aux utilisateurs de saisir d’emblée les éventuels liens ou les différences d’époque par exemple.

Cette présentation n’a pas négligé les points problématiques que le projet a pu soulever. Je pense notamment aux choix qu’il a fallu faire lors du processus de lemmatisation et de stemmatisation qui amène à supprimer certains mots, même signifiants, pour éviter qu’ils ne perturbent les résultats. Par exemple, l’équipe du projet a décidé de supprimer le mot « francs » dans la mesure où Balzac parle beaucoup d’argent dans ses romans, mais cela a entrainé la suppression du mot dans sa dimension adjectivale, ce qui est forcément regrettable. De la même façon, la comparaison entre les œuvres de Balzac et celles d’auteurs l’ayant inspiré n’a pu se faire qu’à partir d’un certain nombre de mots. Au départ, afin d’être le plus précis possible, le critère était de trois mots identiques. Mais le trop grand nombre de résultats a obligé l’équipe a grossir un peu le trait pour s’arrêter autour de cinq mots.

On s’aperçoit très vite, avec un tel projet, que chaque étape est soumise à des choix qui déterminent une lecture du texte et des résultats. Et si on peut regretter cet état de fait, force est de reconnaître que c’est aussi ce qui permet d’avoir des résultats dits « significatifs ». Outre ces questions, le choix des éditions de référence était aussi important, tout comme le fait de respecter ou non l’orthographe de l’époque. Enfin, la question de ce qu’est un « mot fort » considéré comme un mot particulièrement signifiant et suffisamment peu utilisé pour que sa présence dans un texte de Balzac et dans un texte source serve d’indices à un réemploi, est aussi très problématique.

Outre les intérêts manifestes de ce projet, le débat qui a suivi, a soulevé un certain nombre de points. Emmanuelle Morlock, notre discutante pour cette séance, s’est interrogée sur les notions de pertinence, de signification et de choix. Lorsque la puissance de l’outil oblige une certaine sélection des résultats, comment peut-on affirmer l’existence de textes sources par rapport aux textes de Balzac. Quelle est la part de hasard et d’arbitraire dans le constat de similitudes entre expressions. S’agit-il vraiment d’un plagiat ou simplement d’un hasard dû à un vocabulaire commun de l’époque?

L’intervention d’Andrea Del Lungo, associée aux réflexions d’Emmanuelle Morlock, relance la question de l’arbitraire, qui revient de façon récurrente dans les réflexions théoriques sur le travail de recherche et d’autant plus dans le contexte du numérique qui impose souvent une série de choix. D’emblée, on comprend que les choix dus à la technologie sont moins bien acceptés que les choix que fait n’importe quel chercheur lors de son enquête scientifique.

Pour conclure, le projet eBalzac a mis en relation des littéraires et des informaticiens pendant plusieurs années. Malgré des discussions longues et hebdomadaires, les deux mondes peinent à trouver un vocabulaire commun mais l’effort est de mise. La mise en place de projets numériques contribue à une horizontalisation des relations entre divers spécialistes avec différents niveaux d’expertise où chacun contribue réellement au projet commun. Ces projets valorisent ainsi tous les membres de l’équipe et permettent une organisation en réseau bien plus que pyramidale. C’est une des valeurs des Humanités Numériques et il semble que celle-ci soit bien effective.

Pour rappel, la prochaine séance du séminaire aura lieu le 24 mars où nous écouterons Marianne Reboul du Labex Obvil pour une présentation intitulée « Traduction automatique : comment pense une machine ».

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *