Tous les articles par Suzanne Dumouchel

A propos Suzanne Dumouchel

Suzanne has a PhD in French literature and works on reading and writing practices in digital environment as well as Digital Humanities theory. Since 2015, She directs a seminar about Epistemology and practices of Digital Humanities with partners from University Paris 8, university of Versailles-Saint-Quentin, INRIA and Dariah. Research engineer at the TGIR Huma-Num (CNRS), she works on the cooperation between France and Dariah

« Demandez le programme »: Séminaire Epistémologies et Pratiques des Humanités Numériques 2018:

Pour sa troisième année, le séminaire #EPHN2018 se renouvelle avec un format différent. Toujours organisé avec Claire Bourhis-Mariotti (Paris 8) et Lauric Henneton (UVSQ), le séminaire se tiendra cette année à l’Institut des Sciences de la Communication du CNRS, 20 rue Berbier-du-Mets, 75013 Paris (sauf pour la première séance, voire ci-après).

La structure intervenant-discutant est maintenue, ainsi qu’un temps de dialogue avec la salle mais les discutants auront désormais une autre responsabilité: poser une série de questions « fil-rouge », identiques à chaque séance, pour permettre d’une part une continuité de réflexion d’une séance à l’autre et d’autre part de proposer une conclusion aux travaux qui seront menés.

N’oubliez pas de vous inscrire aux séances en m’envoyant un petit mail (dumouchelsuzanne[at]yahoo.fr).

vendredi 26 janvier : Jérôme Valluy, Paris 1 : « De l’historique des humanités numériques francophones (2007-2017) aux prémices d’une définition pluraliste des humanités numériques ».

La séance débutera avec un cadrage socio-historique des HN entre 2007 et 2017 pour introduire les débuts de la critique (depuis 2016) des HN, marquée par une évolution entre la critique de rejet à la critique de réorientation.

Discutant : Alexandre Gefen, CNRS/ Université Paris 3

Attention, la première séance du 26 janvier aura lieu à l’EHESS, 54 Bd Raspail, 75006 Paris, Salle du Conseil A & B.

JEUDI 15 mars : Marcello Vitali Rosati, Université de Montréal : « Une API pour l’Anthologie grecque: repenser le codex Palatinus à l’époque du numérique ».

Discutant : Xavier-Laurent Salvador, Paris 13

vendredi 13 avril : Michael Bourgatte, ICP : « La circulation des savoirs au cœur d’une expérience de DH & Learning Lab ».

Comment se monte un DH & Learning Lab en termes de :

  • recherche fondamentale/épistémologie des HN (dont l’organisation du Edcamp) ;
  • recherche/action (développement d’outils) ;
  • initiatives à prendre au sein d’un établissement d’enseignement supérieur : faire de l’offre de formation au numérique, de l’assistance aux personnels enseignants-chercheurs…

Discutante : Ioana Galleron, Paris 3

vendredi 18 mai : Clarisse Bardiot, Université de Valenciennes : « Mesurer Merce Cunningham : Que peuvent apporter les culture analytics à l’étude des arts de la scène ? »

La séance sera consacrée aux méthodes d’analyse quantitative dans le domaine de la danse et du spectacle, plus précisément, à propos du chorégraphe Merce Cunningham.

Discutante : Geneviève Cron, Sciences Po Paris.

vendredi 15 juin : Francesca Musiani, ISCC-CNRS : « Etudier le chiffrement avec des outils STS: au-delà de la usability ».

Projet Nextleap : Typiquement l’apport des SHS à l’étude des outils de chiffrement est de faire des études sur la plus ou moins grande facilité d’usage de ces outils (dans le cadre des dits ‘usability studies’). Adopter une approche STS permet de voir l’ « écosystème » du chiffrement de façon plus complète, des développeurs aux utilisateurs, des régulateurs aux ‘trainers’ numériques, et donc mieux comprendre la facilité (et/ou difficulté) d’usage comme un facteur parmi d’autres qui influencent l’adoption des outils chiffrés.

Discutant : Benjamin Loveluck, Telecom Paris-Tech

 

Séminaire #EPHN2017 – CR de la séance du 23 juin, Laurent Gautier: « Twitter en campagne politique »

La dernière séance du séminaire #EPHN2017, le 23 juin, a été consacrée à un objet d’études typiquement « DH », qui intrigue particulièrement : Twitter. Laurent Gautier a proposé une étude passionnante des tweets politiques de Twitter qui a particulièrement illustré les nouveaux usages éditoriaux du texte numérique. Continuer la lecture de Séminaire #EPHN2017 – CR de la séance du 23 juin, Laurent Gautier: « Twitter en campagne politique » 

21 juin – Séminaire académique des Humanités Numériques – Canopé Val-de-Marne

Le 21 juin, le réseau CANOPE Val-de-Marne organisait une journée sur les Humanités Numériques à destination des formateurs et enseignants de l’académie de Créteil. Sur la base du volontariat, des inspecteurs, des enseignants, des formateurs se sont réunis pour discuter de l’enseignement des Humanités Numériques dans le secondaire, mais également dans le primaire.
Présenté comme une non-conférence avec le titre, « Comment faire de la classe un laboratoire d’humanisme numérique? », Continuer la lecture de 21 juin – Séminaire académique des Humanités Numériques – Canopé Val-de-Marne 

CR séance « De l’antiquité au numérique, et vice-versa », Anne Vial-Logeay

Le 19 mai, pour l’avant-dernière séance de l’année du séminaire, nous avons eu le plaisir d’écouter Anne-Vial Logeay venue nous parler de Pline l’Ancien dans une perspective contemporaine. Comme l’indique son titre, notre invitée a organisé sa présentation en deux temps. Elle a montré dans un va-et-vient comment Pline peut apporter une autre compréhension des spécificités de l’écriture numérique et en même temps comment le numérique, en termes de techniques, mais aussi par certains concepts et notions quil force à reconsidérer, peut contribuer à la compréhension et à la diffusion des textes de Pline l’Ancien. Continuer la lecture de CR séance « De l’antiquité au numérique, et vice-versa », Anne Vial-Logeay 

Séminaire #EPHN2017 – séance du 23 juin, Laurent Gautier: « Twitter en campagne politique »

Le vendredi 23 juin, de 9h30 à 11h30 (exceptionnellement), se tiendra le séminaire #EPHN2017, Epistémologie et Pratiques des Humanités Numériques, organisé par Claire Bourhis-Mariotti, Suzanne Dumouchel et Lauric Henneton.

Laurent Gautier (Université de Bourgogne) viendra nous parler de « Twitter en campagne politique : un exemple d’objet pour une étude interdisciplinaire en Humanités Numériques »

Résumé de son intervention:

A partir de l’expérience du projet « Twitter aux Elections Européennes 2014 » développé, avec des partenaires dans 5 pays, à la Maison des Sciences de l’Homme de Dijon, la communication se concentrera sur les questions méthodologiques d’appréhension et d’exploitation d’un corpus numérique natif issu du dispositif de micro-blogging Twitter. Une attention particulière sera ainsi accordée aux opérateurs du dispositif (@, #, RT, http://) et ce qu’ils peuvent signifier en termes d’interaction médiée par ordinateur. On montrera dans quelle mesure ils rendent nécessaire une redéfinition de catégories de base en analyse du discours (qu’elle soit strictement linguistique ou davantage orientée vers l’info-com) comme message, contenu, cohérence, intention, etc. On s’arrêtera enfin sur les portées d’analyse combinant approches quantitatives et qualitatives dans le cadre d’une démarche outillée.

La séance sera discutée par Julien LONGHI, Université de Cergy-Pontoise et Laurent Bouvet, Université de Versailles

Le séminaire se tiendra à l’INRIA, 2 rue Simone Iff, 75012 Paris.

Vous êtes chaleureusement invités à assister et participer à la séance. Merci de signaler par mail votre inscription à Suzanne Dumouchel (dumouchelsuzanne[devinezquoi]yahoo.fr).

 

 

 

 

DARIAH-EU Annual Event: 26-27 April, Berlin, Germany

Voici un appel pour le prochain événement Dariah, organisé à Berlin les 26 et 27 avril. Pour plus d’informations et pour vous inscrire, cliquez ici.

On behalf of DARIAH-EU and DARIAH-DE we are pleased to announce that the DARIAH annual event 2017 will take place on April 26th and 27th in Berlin at the Harnack House of the Max Planck Society. The event is open to the wider public! There is no attendance fee but registration is required.

Please note that prior to the event some meetings of the governing bodies of DARIAH will take place April, 25th at the Centre Marc Bloch.

 image001.png

 DARIAH activities

The DARIAH 2017 event is an opportunity for Working Groups, DARIAH related projects, and the governing bodies in DARIAH to meet, present progress and new ideas, exchange experiences, and discuss future challenges. The event consists of two parts:

1) DARIAH-EU Plenary sessions

2) parallel sessions with workshops on topics of sustainability of research infrastructures.

 The second part is kicked-off by the marketplace where working groups and affiliated DARIAH projects will showcase their research activities.

 Additionally, there will be opportunities for colleagues to work together on their DARIAH activities face-to-face, such as Working Group meetings.

 A (self-paid) social dinner is organized on Wednesday 26th April at 19:30 in the Eierschale Dahlem. Please note that if you wish to join the dinner, you will need to pay the menu fee of € 25,- in cash at the registration desk. The menu fee covers the 3-course buffet, but drinks will be charged separately.

 Keynote lectures

We are particularly pleased to announce the keynote speakers that will open and close the event, and that will focus on the event’s theme of sustainability:

 « Keep calm and yes, we’re open today: Open science and libraries« , Prof. Dr. Isabella Peters, Christian-Albrechts-Universität zu Kiel – ZBW Leibniz Information Center for Economics

 « From paper to digits: Challenges and opportunities of digital research« , Roxanne Wyns, KU Leuven – LIBIS

 Further information

A detailed programme of the event is available here. Registration for the event is open from 24th March until 14th April. For planning your travels, we kindly refer to the travel and accommodation information.

 In the meantime, if you have questions concerning the programme, your WG activities, etcetera, please contact Femmy Admiraal at dariah-cio@dans.knaw.nl. If you have questions concerning the venue please contact Dirk Wintergrün at dwinter@mpiwg-berlin.mpg.de.

 Programme committee

Femmy Admiraal – Data Archiving and Networked Services (DANS)

Mirjam Blümm – Göttingen State and University Library

Suzanne Dumouchel – DCO Dariah

Nicolas Larrousse – Centre National de la Recherche Scientifique Huma-Num

Francesca Morselli – Data Archiving and Networked Services (DANS)

Marianne Ping Huang – School of Communication and Culture, Aarhus University

Andrea Scharnhorst – Data Archiving and Networked Services (DANS)

Dirk Wintergrün – Max Planck Institute of the History of Science

Journée d’études « Heritage, Transmission and Digital Humanities » le 21 avril Paris Sorbonne

Dans le cadre du séminaire EPHN, j’ai le plaisir de vous annoncer que la prochaine session, le 21 avril, aura lieu à Paris Sorbonne sous la forme d’un workshop de 9h30 à 17h. La rencontre aura lieu Esc. G, 3rd floor,salle J.636.

Vous êtes bien évidemment invités à assister à la journée et à participer à l’échange. Organisée par Laurent Châtel (csti-HDEA EA 4086) avec l’assistance de l’équipe du séminaire EPHN, Claire Bourhis-Mariotti, Lauric Henneton et moi-même, la journée s’intéresse aux dimensions d’héritage et de transmission par le biais des Humanités Numériques.

Voici le programme:

10h “Mobile Technology and the Transmission of Heritage” Daniele Agostini (Paris-Sorbonne University & University of Padua)

10h40 “Digital Story Telling and Heritage” Corrado Petrucco (University of Padua)

11h20 “Prior Park grotto Reconstructed” John Tredennick (Atkins Brisol/ University of Bath)

12h00 “HistoPad and the augmented visit of Heritage” Bruno de Se Moreira (Histovery)

Lunch break 12.45-14h

14h “Mobile technology in education: the case of healthcare training” Niall Winters (University of Oxford)

14h40 “Designs for learning using mobile technologies: heritage contexts” Kevin Walker (Royal College of Art, London)

15h20 “Exploring the potential of tangible, embodied and multisensory museum visiting experiences” Areti Damala (University of Strathclyde, Paris 8 University)

16h Roundtable and conclusion

16h15 Homage to Marie-Madeleine Martinet and drinks.

CR de la séance du séminaire #EPHN avec Marianne Reboul, « Comment pense une machine? »

Le 24 mars, le séminaire #EPHN 2017 a accueilli une présentation de Marianne Reboul (doctorante au labeX Obvil) sur la traduction automatique. Intitulé « Comment pense une machine », son exposé s’est d’abord centré sur l’histoire de la traduction automatique avant de rendre compte des techniques contemporaines qui sont développées.

D’emblée, on s’aperçoit que le questionnement n’est pas nouveau. Bien avant les premiers ordinateurs individuels, le problème était déjà posé. Marianne Reboul, commence en 1947, avec le Translation Memorandum, un texte essentiel qui affirme que le langage est un code et qu’il existe des universaux linguistiques que l’on peut décoder.

Cette conception est déterminante pour envisager la possibilité d’une traduction automatique des textes. On imagine alors qu’il suffit de trouver le bon code… Avant de constater qu’il faut aussi avoir à disposition une masse de corpus bilingue qui puisse servir de modèle pour permettre la recomposition dans la langue d’arrivée d’un texte initial.

Les techniques de traduction automatique se sont largement développées grâce à Internet et à la publication en ligne. Le grand nombre de données a contribué au progrès mais de façon paradoxale. En effet, l’importance des données a permis d’affiner plus précisément les pratiques de traduction mais la grande diversité des données, c’est-à-dire leur qualité variable, a augmenté la marge d’erreur. Cela s’explique aisément. Si, dans le corpus modèle, il y a de nombreux textes avec des erreurs de traduction, alors le logiciel reproduira ces mêmes erreurs. Continuer la lecture de CR de la séance du séminaire #EPHN avec Marianne Reboul, « Comment pense une machine? » 

Table ronde sur les Humanités Numériques organisée par le Ministère de l’Education Nationale

Table ronde « Dialogue des humanités numériques entre praticiens (enseignement supérieur/enseignement scolaire)

Dans le contexte du développement des Humanités Numériques, le ministère de l’Education Nationale a organisé une table ronde, en parallèle du salon #Eduspot, pour que les universitaires puissent rencontrer les représentants du secondaire sur la question du numérique. A partir de diverses questions préparées à l’avance dans un document Framapad (https://bimestriel.framapad.org/p/Dialogue_des_humanit%C3%A9s_num%C3%A9riques ), les intervenants ont réfléchi sur l’interdisciplinarité, le rôle du numérique dans les savoirs, etc.

Je ne tiens pas dans ce blog à reprendre ce qui a été dit durant la table ronde puisqu’on peut en avoir un aperçu plus détaillé sur le Framapad associé. Par contre, il me semble opportun de profiter de cet événement pour faire le point sur le numérique et l’enseignement, qu’il soit universitaire ou scolaire, ou encore primaire.

Chassons d’abord les évidences : pour qu’il y ait numérique, il faut aussi qu’il y ait un minimum de moyens techniques. Quelle que soit la motivation de l’enseignant, s’il n’a pas à sa disposition des ordinateurs et une connexion internet, l’enseignement et la pratique du numérique ne peut se faire. Donc il faut des moyens. Mais ensuite, il faut une certaine aisance de l’enseignant et une certaine créativité pour proposer une autre approche pédagogique. Et c’est là qu’on peut faire de vraies propositions pour l’intégration du numérique. Cela passe par un changement de mentalités dans la formation des enseignants. En effet, aujourd’hui, l’autonomie des enseignants est minime. On leur apprend à faire des cours mais à partir d’une pédagogie soigneusement pensée et préparée, facilement utilisable grâce aux manuels des enseignants, mais qui ne permet pas une grande marge de manœuvre. Or, difficile de demander à des élèves d’apprendre autrement, de développer une forme de créativité et d’autonomie, si on ne laisse pas les enseignants acquérir et utiliser eux-mêmes ces compétences. S’il est essentiel que les programmes soient communs, pour le bien des élèves, et leur équité, et s’il est important de former les futurs enseignants à la pédagogie, il n’est cependant pas recommandé de les contraindre dans leur pratique d’enseignant, ce que tend à faire la formation qui leur est proposée. L’organisation en séquence avec une démarche très structurée du processus d’apprentissage est très pratique. Mais cela ne veut pas dire que cela fonctionne avec toutes les classes, ni avec tous les enseignants. Or on sait que l’évaluation passe aussi par le respect de ce qui est enseigné dans les ESPE. Continuer la lecture de Table ronde sur les Humanités Numériques organisée par le Ministère de l’Education Nationale