Quelques mots sur le colloque « Comment penser l’actualité? »

Pendant deux jours, l’Institut historique allemand a accueilli le colloque « Comment penser l’actualité? ». Salué pour son interdisciplinarité, il a permis de confronter la notion à différents contextes, emplois et usages, pour en saisir la « substantifique moëlle », comme le disait Rabelais.

On s’est ainsi aperçu qu’il n’est pas si facile de définir l’actualité et que le réduire à une connotation temporelle limite considérablement sa richesse. On a également pu constater que le vocabulaire utilisé pour le commenter, notamment ses « contraires » était très varié et lui-même problématique. La notion d’actualité semble finalement plus stable que celles utilisées pour la commenter (virtuel, possible, imaginaire, potentiel, inactuel, etc. pour les plus fréquents).

Nous avons également expérimenté une nouvelle pratique de conférence scientifique en accordant un temps de discussion très conséquent, à la fin de chaque session. Ainsi, outre les questions posées après chaque intervenant, l’accent a été mis sur le débat et la construction délibérative d’une compréhension commune et complexifiée, car c’était bien là l’enjeu, de la notion d’actualité.

Cet exercice comprend quelques inconvénients, tel que la nécessité de limiter le nombre d’interventions pour conserver un temps conséquent de dialogue, ou bien celle d’augmenter la durée du colloque. Mais davantage, elle présente un certain risque si le débat ne prend pas. Cela implique ainsi un rôle actif et engageant d’animation et un certain répondant du public. Cette première tentative a été réussie puisque la salle et les participants ont été particulièrement désireux d’entrer en dialogue.  Sur les deux journées, presque une heure et demie a ainsi été consacrée à la discussion.

Ce parti-pris est cependant très positif lorsqu’il donne lieu à de tels échanges. Dans le cadre de colloques avec un parti-pris interrogatif et problématique fort, cela donne de bons éléments de réponse et des pistes de réflexions riches et fructueuses. Cela permet également de souligner des possibilités de développement.

Un compte-rendu scientifique de ces échanges sera publié prochainement sur le blog.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.