Epistémologie et Pratiques des Humanités Numériques – Séminaire 2017

Pour la seconde année, le séminaire #EPHN2017, organisé par Claire Bourhis-Mariotti (Paris 8), Suzanne Dumouchel (Dariah) et Lauric Henneton (UVSQ) est reconduit, avec la participation de Laurent Chatel (Paris 4). Il se tiendra le vendredi de 10h à 12h, une fois par mois, à l’INRIA (2 rue Simone Iff, 75012 Paris), sauf séance du 21 avril à l’Université Paris Sorbonne (Maison de la Recherche, 28, rue Serpente, 75006 Paris).

 Le séminaire s’attachera à explorer le paysage épistémologique des HN telles qu’elles sont pratiquées tant au niveau individuel que collectif, tant en France qu’à l’étranger ou dans le cadre de projets internationaux. Dans une perspective interdisciplinaire, chaque séance du séminaire s’appuiera sur des études de cas visant à explorer les enjeux épistémologiques des HN. Les interventions peuvent prendre en compte le questionnement initial qui fait naître le projet, la mise en œuvre d’un outil pertinent, les différentes contraintes et les procédés de valorisation notamment. Chaque présentation sera ensuite discutée par un intervenant avant de donner la parole à la salle.

Attention. Il est vivement conseillé de s’inscrire pour participer à ce séminaire si vous souhaitez avoir accès à l’INRIA. Envoyez un mail à : dumouchelsuzanne[at]yahoo.fr

 Programme

13 janvier :           Sean Takats (Instut d’études avancées de Paris – George Mason University, Virginia).

“Vers une nouvelle figure du chercheur ? »

A partir de l’expérience d’un usager de divers outils humanités numériques (Zotero, PressForward et Tropy), il s’agira de proposer une analyse épistémologique des pratiques en humanités numériques dans la recherche en sciences humaines et sociales, et notamment de s’interroger sur l’évolution de la pratique du chercheur, et donc de son domaine de compétences et d’expertise, et de son métier, avec le développement des humanités numériques.

Discutant : Frédéric Clavert (Université de Lausanne)

24 février :           Andrea Del Lungo (Univ. Lille 3)

« Le projet d’édition numérique eBalzac »

Le projet d’hypertexte balzacien Phœbus a été retenu et financé par l’ANR pour la période 2016-2019. Porté par l’équipe Alithila de l’université Lille 3 (sous la responsabilité d’Andrea Del Lungo), en collaboration avec le Laboratoire d’Informatique de Paris 6 (Jean-Gabriel Ganascia) et l’équipe Celff 16-21 de Paris 4 (Pierre Glaudes), le projet a l’ambition de créer une édition hypertextuelle en ligne de La Comédie humaine, signalant les sources, les citations, les réemplois, les homologies et les co-occurrences lexicales en relation à un vaste corpus de textes contemporains ou antérieurs.

 Discutant : Emmanuelle Morlock, Marie Dupond

 24 mars :            Marianne Reboul (Univ. Paris Sorbonne)

« Traduction automatique : comment pense une machine »

« Le traitement automatique de la langue permet un traitement massif des données textuelles. La majorité des programmes qui traitent automatiquement les langues sont créés à des fins industrielles ou commerciales. Avec la mondialisation et les besoins commerciaux qui en ont découlé, la traduction automatique a pu bénéficier d’investissements conséquents qui ont favorisé le développement d’un très grand nombre d’outils toujours plus performants. Le renouveau de l’intérêt pour l’apprentissage machine, depuis le début des années 2000, est une conséquence d’un besoin de traitement plus efficace des données de toutes les langues. Mais les concepteurs et commanditaires d’outils de traitement automatique de la langue, et notamment d’outils de traduction automatique, comme Google Translate ou Moses, relèguent au second plan l’exploitation historiographique ou littéraire qui pourrait être faite de ces outils. Lorsque nous avons voulu comparer différentes traductions d’Homère à travers le temps, nous avons dû nous intéresser à l’algorithmie qui constitue le cœur d’outils comme Google Translate, à savoir les procédés d’alignement et l’apprentissage machine. Nous aimerions dans cette communication expliquer en quoi consistent ces méthodes, et voir quels outils peuvent être conçus pour aider à une analyse littéraire de corpus de masse en traductologie. »

Discutants : Fatiha Idmhand (Univ. de Poitiers) et Thomas Lebarbé (Univ. Grenoble Alpes)

21 avril     International Workshop : Cultural Heritage and digital humanities (programme à venir)

19 mai :    Anne Vial-Logeay (Univ. de Rouen)

« Pline l’Ancien, le numérique, et l’accumulation du savoir. »

Une réflexion à partir de la masse d’information stockées/ à traiter permise par Internet, avec mise en perspective de mon objet d’études : Pline l’Ancien, fin Ier s. ap. J.-C., auteur de l’ancêtre de nos encyclopédies (Diderot le louait hautement – il n’avait d’ailleurs peut-être pas tout compris, mais ceci est une autre question), et la mise en ordre du savoir à la même époque (vécue comme un monde d’échanges généralisés par les contemporains, et de stockage du savoir).

Discutant : Stéphane Pouyllau (CNRS/TGIR Huma-Num)

23 juin :    Laurent Gautier

Twitter en campagne politique : un exemple d’objet pour une étude interdisciplinaire en Humanités Numériques
A partir de l’expérience du projet « Twitter aux Elections Européennes 2014 » développé, avec des partenaires dans 5 pays, à la Maison des Sciences de l’Homme de Dijon, la communication se concentrera sur les questions méthodologiques d’appréhension et d’exploitation d’un corpus numérique natif issu du dispositif de micro-blogging Twitter. Une attention particulière sera ainsi accordée aux opérateurs du dispositif (@, #, RT, http://) et ce qu’ils peuvent signifier en termes d’interaction médiée par ordinateur. On montrera dans quelle mesure ils rendent nécessaire une redéfinition de catégories de base en analyse du discours (qu’elle soit strictement linguistique ou davantage orientée vers l’info-com) comme message, contenu, cohérence, intention, etc. On s’arrêtera enfin sur les portées d’analyse combinant approches quantitatives et qualitatives dans le cadre d’une démarche outillée.

Discutants: Julien Longhi et Laurent Bouvet


Une réflexion au sujet de « Epistémologie et Pratiques des Humanités Numériques – Séminaire 2017 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *