Compte rendu de la séance introduction du séminaire #EPHN2017 (Invité: Sean Takats)

Le 13 janvier, la première séance du séminaire #EPHN2017 a été inaugurée par Sean Takats, directeur de recherche au Centre Roy Rosenzweig Center pour l’Histoire et les nouveaux Médias, professeur associé d’histoire à l’Université George Mason et actuellement résident à l’Institut d’Etudes Avancées de Paris. Son intervention, intitulée « Vers une nouvelle figure du chercheur : la crise épistémologique des Humanités Numériques” s’est interrogée sur l’automatisation des pratiques de lecture et d’écriture, des pratiques qui sont au cœur du métier de chercheur. Sean Takats a d’abord retracé l’origine du concept de crise, un terme médical, qui désigne la pire période avant le recouvrement de la santé, et finalement le point culminant d’une maladie. Ainsi, si nous sommes bien dans une période de crise des Humanités Numériques, cela suppose un recouvrement à venir d’une part et d’autre part que nous avons atteint un moment particulier dans l’histoire des Humanités Numériques (moment qu’il faudrait d’ailleurs interroger dans cette perspective…). Et son premier postulat n’est pas anodin: En effet Sean Takats affirme que ce sont les chercheurs qui ont amené la crise. Ils en sont donc responsables. Dessinant à grands traits les diverses crises des historiens vis-à-vis de leur discipline, en partant de McIntyre en 1977 pour arriver à Agostinho en 2016, en passant par Appleby (1989) et Spiegel (2009) entre autres, il montre les évolutions des discours sur la science historique au regard du développement des technologies. Se pose ainsi la question de l’automatisation des activités “traditionnelles” des historiens, qui sont la lecture et l’écriture. Sean Takats signale un premier changement évident: le mouvement du fauteuil vers les archives qui était autrefois de mise n’est plus puisque les archives sont consultables de chez soi. Et s’il peut y avoir un déplacement aux archives, lorsque celles-ci ne sont pas encore numérisées, alors le chercheur n’est plus assis à lire les documents, mais debout à prendre des dizaines de photos.

Ce changement de paradigme a modifié notre façon de lire. La lecture aujourd’hui est une recherche à partir de mots clés, s’effectue à partir de résumés et de pages balayées après avoir été photographiées. L’écriture, quant à elle, a été totalement automatisée avec les logiciels de traitement de textes, sans négliger l’édition et la dissémination des documents.

De ce constat, un préalable: quoi qu’on en pense, il sera impossible de revenir en arrière. C’est donc une nouvelle donnée à prendre en compte et à intégrer dans les pratiques. Néanmoins, Sean Takats n’affirme pas que tout a changé. La crise n’est pas l’automatisation puisqu’il s’agit davantage de faire les choses plus vite, pas forcément d’aboutir à des résultats différents. Par contre, on a gagné du temps. Ces déplacements évités doivent avoir fait gagner un peu de temps. Mais à quoi est-il utilisé?

Par la suite, Sean Takats s’interroge sur la sélection des résultats, sur le sentiment d’avoir une recherche assez exhaustive sans avoir conscience de ce à côté de quoi on est passé. Avec les moteurs de recherche, on trouve assez facilement des réponses à nos questions; on trouve assez facilement les documents souhaités. Mais qu’est-ce qu’on ne trouve pas? Qu’est-ce qu’on n’a pas vu? La recherche automatisée nous dit ce que l’on trouve mais elle ne nous dit pas ce que l’on n’a pas trouvé, ce qui a été écarté par les données? C’est une nuance fondamentale.

Ces remarques qui saisissent de façon saillante les particularités des Humanités Numériques ont amené la création d’outils spécifiques, censés répondre à ces problématiques. Sean Takats nous invite ainsi à utiliser PressForward (http://pressforward.org/) qui s’occupe de la curation et du partage des données issues du web. C’est à la fois un moissonneur et un éditeur qui réunit l’ensemble des solutions en un même lieu. Il passe brièvement sur Zotero, ce petit outil bibliographique extrêmement puissant qui fait des merveilles pour les chercheurs et les étudiants (https://www.zotero.org/). Enfin, il s’arrête sur la photographie numérique, selon lui, le marqueur de la crise, puisqu’il s’agit bien souvent d’une collecte sans lecture ou d’une collecte suivie d’une lecture partielle. L’abondance de clichés pris par les chercheurs, qui craignent de devoir revenir aux archives ou de passer à côté d’une information importante nuit à leur analyse. Que fait-on avec toutes ces données? Comment les exploiter? Les rendre visibles? Les partager? Où est le travail du chercheur dans cette collecte finalement assez grossière de la donnée? Ou plus exactement, quand commence-t-il? Une partie de ces questions peuvent trouver leur réponse dans le logiciel Tropy (https://tropy.org/) présenté comme un outil de recherche et de gestion de photos.

En guise de conclusion, Sean Takats considère que l’automatisation a bel et bien modifié nos pratiques. Le changement numérique se produit au niveau de l’échelle (plus grand nombre de données), au niveau de l’itération (possibilité de revenir toujours aux documents puisqu’ils sont avec nous), et de la diffusion. Le tournant numérique implique de lire autrement nos données, de les utiliser autrement, peut-être pour de nouveaux projets de recherche, formulés et pensés différemment. Une question subsiste: s’agit-il de différences liées à l’environnement? Ou à l’épistémologie? Qu’en est-il de la crise? Et de la sortie de crise?

Lorsque Frédéric Clavert prend la parole pour discuter les propos de Sean Takats, il annonce d’emblée qu’il lui sera difficile de discuter tant il partage ce discours. Néanmoins, il souligne quelques caractéristiques qui ont le mérite de pousser d’autant plus la réflexion. Il s’arrête d’abord sur un paradoxe, qui joue quasiment le rôle d’un déculpabilisant: Arlette Farge est aujourd’hui considérée comme un modèle dans sa description de l’usage des archives[1]. Et pourtant, sa pratique ne ressemble en rien à la nôtre… Et il va même plus loin: sa pratique a-t-elle vraiment ressemblé à celle d’autres chercheurs? De fait, l’introduction de la médiation informatique dans nos recherches n’est pas nouvelle, comme le montrent les travaux de François Furet en 1959[2]. Finalement, Frédéric Clavert déplace la question en interrogeant non pas ce qu’il est possible de faire avec la machine et les changements que cela induit sur la pratique du chercheur, mais bien plutôt la tendance à déléguer à la machine. Jusqu’où va se faire la délégation? Selon quels critères? Et que reste-t-il du chercheur? Et finalement, une question qui a été au cœur des échanges: que reste-t-il de la sérendipité? Autrement dit, où est le “par hasard” en Humanités Numériques? Parallèlement, la délégation de la machine implique le développement de protocoles de recherche, dans une pratique assez similaire à celle des sciences dites “dures”. Mais alors, outre la sérendipité, c’est l’innovation et la créativité qui sont menacées. Comment l’usage du protocole ne viendrait pas perturber l’innovation scientifique? Si le programme anticipe les résultats ou le simple fait d’avoir un résultat, n’est-ce pas déjà donner une orientation au projet de recherche?

Frédéric Clavert a également mis l’accent sur l’accélération des méthodes et des pratiques pour le chercheur, sur des modes toujours plus brèves qui font que Sean Takats a présenté Zotero en le qualifiant d'”ancien outil” parce qu’il a bientôt 10 ans. Cette expression, qui a fait sourire, met en avant cette recherche à deux vitesses qui mêle des chercheurs au fait de l’actualité et des usages numériques et d’autres dont les pratiques sont encore celles d’un temps révolu. Et finalement, c’est là une hypothèse personnelle, c’est peut-être là que se situe la crise des Humanités Numériques, dans le dialogue entre ces deux mondes scientifiques, qui peinent à se comprendre.

Sur ce point, un intervenant dans la salle s’interroge sur la nécessité de mettre en avant les différences entre l’ancien et le nouveau dans les pratiques scientifiques. Est-ce pertinent? Pourquoi faudrait-il faire une différence finalement? Une des réponses apportées n’est pas sans évoquer les travaux de Jean-Michel Besnier autour du transhumanisme puisqu’elle a postulé la naissance d’une “recherche augmentée” qui donnerait lieu à une “trans-recherche” caractérisant finalement l’usage des Humanités Numériques par les chercheurs en Sciences Humaines et Sociales. Le point de vue est intéressant. Il est problématique et permet finalement de repenser la question du statut des Humanités Numériques. Définies de la sorte par leur rôle, il devient évident qu’elles ne sont pas une discipline, mais bien une méta-discipline, une trans-discipline, comme l’homme augmenté qui devient davantage qu’un homme. Cette approche mérite d’être plus longuement interrogée à l’avenir.

Cette séance, très riche, a bien retracé les grandes problématiques liées à l’épistémologie des Humanités Numériques: le hasard, l’innovation, la relation homme-machine, la crise épistémologique entre deux mondes scientifiques, tout cela doit être au cœur des réflexions à venir sur les Humanités Numériques, pour permettre peut-être d’anticiper sur une possible sortie de crise…

 

Pour rappel, la prochaine séance aura lieu le 24 février à 10h à l’INRIA et elle accueillera Andrea Del Lungo (Univ. Lille 3) qui s’exprimera sur « Le projet d’édition numérique eBalzac » avec Emmanuelle Morlock et Marie Dupond comme discutantes.

 

 

 

 

[1] Le goût de l’archive, Paris, Points, 1997.

[2] Méthodes de l’Histoire sociale : les Archives notariales et la Mécanographie (Annales, 1959 Volume 14, n¨4, pp. 676-693)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.