Table ronde sur les Humanités Numériques organisée par le Ministère de l’Education Nationale

Table ronde « Dialogue des humanités numériques entre praticiens (enseignement supérieur/enseignement scolaire)

Dans le contexte du développement des Humanités Numériques, le ministère de l’Education Nationale a organisé une table ronde, en parallèle du salon #Eduspot, pour que les universitaires puissent rencontrer les représentants du secondaire sur la question du numérique. A partir de diverses questions préparées à l’avance dans un document Framapad (https://bimestriel.framapad.org/p/Dialogue_des_humanit%C3%A9s_num%C3%A9riques ), les intervenants ont réfléchi sur l’interdisciplinarité, le rôle du numérique dans les savoirs, etc.

Je ne tiens pas dans ce blog à reprendre ce qui a été dit durant la table ronde puisqu’on peut en avoir un aperçu plus détaillé sur le Framapad associé. Par contre, il me semble opportun de profiter de cet événement pour faire le point sur le numérique et l’enseignement, qu’il soit universitaire ou scolaire, ou encore primaire.

Chassons d’abord les évidences : pour qu’il y ait numérique, il faut aussi qu’il y ait un minimum de moyens techniques. Quelle que soit la motivation de l’enseignant, s’il n’a pas à sa disposition des ordinateurs et une connexion internet, l’enseignement et la pratique du numérique ne peut se faire. Donc il faut des moyens. Mais ensuite, il faut une certaine aisance de l’enseignant et une certaine créativité pour proposer une autre approche pédagogique. Et c’est là qu’on peut faire de vraies propositions pour l’intégration du numérique. Cela passe par un changement de mentalités dans la formation des enseignants. En effet, aujourd’hui, l’autonomie des enseignants est minime. On leur apprend à faire des cours mais à partir d’une pédagogie soigneusement pensée et préparée, facilement utilisable grâce aux manuels des enseignants, mais qui ne permet pas une grande marge de manœuvre. Or, difficile de demander à des élèves d’apprendre autrement, de développer une forme de créativité et d’autonomie, si on ne laisse pas les enseignants acquérir et utiliser eux-mêmes ces compétences. S’il est essentiel que les programmes soient communs, pour le bien des élèves, et leur équité, et s’il est important de former les futurs enseignants à la pédagogie, il n’est cependant pas recommandé de les contraindre dans leur pratique d’enseignant, ce que tend à faire la formation qui leur est proposée. L’organisation en séquence avec une démarche très structurée du processus d’apprentissage est très pratique. Mais cela ne veut pas dire que cela fonctionne avec toutes les classes, ni avec tous les enseignants. Or on sait que l’évaluation passe aussi par le respect de ce qui est enseigné dans les ESPE.

De plus, j’ajouterai que plus les enseignants sont guidés dans leur pratique, moins ils sont enclins à tester autre chose, à innover ou à s’adapter à leur classe et à leurs envies, et c’est forcément nuisible pour tout le monde. Je recommande donc une approche plus libre de l’enseignant, avec une formation conçue comme une aide, un guide et non plus comme une règle. Les futurs enseignants ont un diplôme, ils ont réussi un concours. Souvent ils ont aussi enseigné, plus ou moins, en cours particulier ou dans des ateliers scolaires. Ils ne sont donc pas les naïfs que l’on veut bien imaginer… Voilà pourquoi il faudrait mettre en place des ateliers pédagogiques pour les futurs enseignants avec des « trucs et astuces » qui ne réglementent pas l’organisation d’un cours ou d’un chapitre au programme. C’est seulement avec cette approche davantage constructive et collaborative que le numérique pourra trouver une vraie place au cœur de la pratique pédagogique.

Outre ces conditions essentielles d’une entrée généralisée dans le numérique pour les élèves français, il faut accompagner et diversifier les activités. Car qu’est-ce que le numérique ? Est-ce la possibilité d’avoir accès à des œuvres de façon originale et enrichie ? Est-ce le fait de développer de nouvelles pratiques d’écriture ? Est-ce le fait de travailler de façon collaborative ? à distance ? de diversifier les sources et de les interroger ? Les possibilités sont infinies et le rôle de l’école n’est pas de les tester toutes mais d’initier des pratiques et des usages.

Une des bases à mon sens, dans la mesure où c’est applicable à l’ensemble des matières, c’est le travail en mode projet, l’aspect collaboratif. Il faut donc privilégier les outils qui permettent de travailler à plusieurs. Le numérique permet également une ouverture au monde, à un questionnement plus global qui impliquerait des apports de diverses disciplines. Le numérique peut donc être mis à profit dans des exposés ou des travaux (blogs, portfolios, etc.) qui posent des questions interdisciplinaires, quasiment sociétales. Cela à mon sens constitue la première étape dans l’appréhension du  numérique dans le secondaire. Et cela implique de prévoir un temps dans le programme des élèves dédiés à ces projets, dans des TPE par exemple.

Ensuite, il y a effectivement l’usage numérique associé à chaque discipline où là, libre aux enseignants concernés d’entraîner leurs élèves sur les potentialités numériques, sans négliger des pratiques traditionnelles. Le dosage dépendra de son bon vouloir, mais aussi de ses élèves. Je ne développerai pas cet aspect qui me semble dépendant des approches disciplinaires.

Et puis, on peut aussi s’interroger sur le rôle, la pertinence d’intégrer le numérique dans l’enseignement. A quoi ça sert de faire du numérique ? Je proposerai deux premiers éléments de réponse, les plus évidents à mon sens. D’abord cela permet de réfléchir aussi aux dangers du numérique, dont on sait que les élèves sont souvent démunis face à cela et dans une perspective de devenir adulte, cela les prépare au monde professionnel dans lequel ils seront amenés, probablement, à utiliser des outils numériques.

Voilà pour une première réflexion élaborée à partir des discours tenus pendant la matinée, à laquelle viendront s’ajouter d’autres éléments de discussion.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *