CR séance « De l’antiquité au numérique, et vice-versa », Anne Vial-Logeay

Le 19 mai, pour l’avant-dernière séance de l’année du séminaire, nous avons eu le plaisir d’écouter Anne-Vial Logeay venue nous parler de Pline l’Ancien dans une perspective contemporaine. Comme l’indique son titre, notre invitée a organisé sa présentation en deux temps. Elle a montré dans un va-et-vient comment Pline peut apporter une autre compréhension des spécificités de l’écriture numérique et en même temps comment le numérique, en termes de techniques, mais aussi par certains concepts et notions quil force à reconsidérer, peut contribuer à la compréhension et à la diffusion des textes de Pline l’Ancien.

L’Histoire Naturelle de Pline a été abondamment lue et commentée, à toutes les époques, pour des raisons différentes. Son ambition totalisante fait qu’elle a souvent été comparée à l’Encyclopédie – sauf qu’elle est l’ouvrage d’un auteur unique, et non dun travail collectif. 37 volumes la composent, mais Pline ne présente pas pour autant son œuvre comme un texte fini. Il met en avant la dimension instable de cette somme et la nécessité de revoir et d’adapter constamment les connaissances (il ny a pas darticles, ce qui aurait été plus simple, mais on est dans linvention…). C’est ce qui confère au texte un caractère discontinu, en dépit de son ambition totalisante : les connaissances y sont tout à la fois rassemblées et segmentées, dans la mesure où Pline recompose les disciplines, tout en annonçant n’être quun maillon de la transmission des savoirs. L’œuvre, achevée, mais appelée à être complétée, voire corrigée,  par Pline dès sa Préface, renvoie au caractère relatif du savoir …

Les actualisations rendues possibles avec le numérique posent justement la question de l’œuvre et de l’auteur. Pline, en s’appuyant sur divers textes, sur des sources plus ou moins fiables, apparait comme un compilateur d’informations sur un modèle parfois très éloigné de celui de la figure d’auteur. De fait, la persona de Pline est peu visible dans le texte, de même que la dimension auctoriale, en comparaison des pratiques de l’époque. Cette particularité exprime également une certaine conception de l’œuvre, comme œuvre ouverte, accueillante, non pas au sens d’Umberto Eco, mais plutôt dans une conception très actuelle, d’œuvre accueillante à des mises à jour, d’œuvre non close, « momentanément finie » mais jamais terminée. En ce sens, la modernité de Pline est évidente et son texte contribue aux réflexions en cours sur les notions d’œuvre, d’auteur, de texte en milieu numérique. De même, la « cueillette » de savoirs qu’il pratique dans les auteurs antérieurs, grecs et latins, peut être rapprochée de la dimension anthologique identifiée par Milad Doueihi comme caractéristique de l’humanisme numérique, tout comme la métaphore du voyage, que Pline file dans toute son œuvre, également discutée par M. Doueihi, en montrant comment il vagabonde d’une idée ou d’un savoir à un autre.

Dans son travail, Pline a identifié des groupes sociaux comme producteurs de savoir, il a inséré des barbarismes dans son texte pour ouvrir la langue et ouvrir les idées. Il témoigne ainsi d’une volonté certaine pour la diffusion des savoirs du monde, en s’appuyant tant sur une économie de la rareté (au niveau du texte) que de l’abondance (au niveau des sujets traités). La dimension encyclopédique est manifeste en même temps que la vocation démocratisante, si tant est que le terme puisse être utilisé pour un auteur latin sous l’Empire Romain. En ce sens, on a presque affaire à une « anthologie », telle que conçue par Milad Doueihi. Le théoricien des Humanités Numériques considère que le sens ne peut se comprendre qu’en fonction de la circulation, sur le web, puisqu’il n’y a pas de contexte ; et, même sil est nécessaire d’être prudent pour ne pas commettre d’anachronisme, le texte de Pline prête aisément à réflexion à partir  de ce propos. Ce sont tous ces aspects qui se trouvent à l’origine du projet, encore conceptuel, de cartographie de l’Histoire Naturelle. Pour cette raison, la seconde partie de la séance était davantage une discussion pour discuter des possibilités du projet, des besoins, et des questions à soulever. Ce fut également l’occasion de rendre compte de projets similaires comme le Projet Oltre Plinio, qui propose un catalogue des artistes de Pline (en cours) ou encore le projet GEO Lat (en cours) qui développe une géographie des auteurs latins, à partir de textes issus de la base Perseus. L’objectif d’un futur projet « DigitPline » ou « Plinius » (« Pline : lieux, interprétation, numérique et usages ») serait de

  • préciser le savoir géographique de Pline, dans la mesure où l’espace apparaît comme une dimension fondamentale de l’histoire naturelle, en usant pour ce faire de l’outil numérique qui permet de confronter de vastes corpus : celui de Pline, mais aussi les textes dont il se sert, y compris les textes fragmentaires (cf. les recherches déjà menées à ce sujet, notamment par M. Berti, à l’ de Leipzig), en s’appuyant notamment sur GeoLat,
  • établir à ce propos une cartographie, en s’appuyant sur des projets déjà menés en ce sens, cf. ReNom, visualisation cartographique desœuvres de Rabelais et de Ronsard à travers des extraits géolocalisés, projet porté par la bibliothèque virtuelle humaniste, à Tours, de façon à
  • déterminer quels imaginaires surgissent du texte et comment un type d’écriture « anthologique» peut avoir des incidences sur l’imaginaire.

Andrea Del Lungo, discutant de la séance, met en avant la difficulté des projets en Humanités Numériques qui peuvent laisser penser qu’on peut tout faire alors qu’il convient de bien délimiter les enjeux et les objectifs du projet. En Humanités Numériques, il est essentiel de choisir parmi les potentialités en se donnant des bornes strictes. Il résume cela en disant que le problème de ces projets numériques, c’est d’arriver à la synthèse. Il met également en avant la constitution d’ « archipels ».

La discussion qui a suivi a permis de partager certains récits d’expérience et de faire émerger des questions sur le travail de conservation de la mémoire, sur la question de la patrimonialisation des textes et des auteurs, des thématiques à la fois adaptées au travail de Pline et à sa mise à disposition sur une plateforme en ligne.

La prochaine séance aura lieu le 23 juin, de 9h30 à 11h30 et sera consacrée à Laurent Gautier (Université de Bourgogne) avec le titre suivant, « Twitter en campagne politique : un exemple d’objet pour une étude interdisciplinaire en Humanités Numériques ».

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *