21 juin – Séminaire académique des Humanités Numériques – Canopé Val-de-Marne

Le 21 juin, le réseau CANOPE Val-de-Marne organisait une journée sur les Humanités Numériques à destination des formateurs et enseignants de l’académie de Créteil. Sur la base du volontariat, des inspecteurs, des enseignants, des formateurs se sont réunis pour discuter de l’enseignement des Humanités Numériques dans le secondaire, mais également dans le primaire.
Présenté comme une non-conférence avec le titre, « Comment faire de la classe un laboratoire d’humanisme numérique? », l’événement a réuni une centaine de personnes autour de pratiques numériques riches, fécondes et diversifiées. Quatre ateliers étaient proposés et les participants pouvaient s’inscrire à deux d’entre eux. Pendant 1h30, les groupes étaient invités à travailler ensemble en utilisant un framapad et un framemo, c’est-à-dire un logiciel de prise de notes collaboratif et un logiciel de brainstorming. Ces pratiques étaient pour la plupart totalement inédites et elles ont été couplées à des usages plus classiques, tels que le post-it et la discussion orale. L’objectif était véritablement d’inviter les participants à animer leur atelier, à s’interroger sur les problématiques liées à leur groupe tout en expérimentant des pratiques numériques. Et le résultat a été un succès. Parallèlement, dans chaque atelier, deux personnes contribuaient au document de prise de notes (le pad) afin de rédiger en temps réel les actes de l’atelier.
En fin de journée, une table ronde redonnait les principaux enjeux et résultats des ateliers tout en présentant les Actes officiels de la journée, grâce à une éditorialisation immédiate que l’on peut découvrir ici . Un hashtag permet également de retrouver les moments forts de la journée : #HNCréteil
Les quatre ateliers ont permis de mettre l’accent sur des problématiques diverses mais extrêmement complémentaires. Ainsi, il s’agissait d’interroger la méthodologie d’enseignement du numérique dans l’atelier « Le numérique à l’école, quels outils et quelles méthodes pour apprendre ? » ; l’interdisciplinarité dans l’atelier sur les communs, « Partager et construire ensemble des connaissances, quelle place pour les communs dans l’école aujourd’hui ? », qui interrogeait également les valeurs que l’école doit transmettre ; il s’agissait aussi de s’interroger sur la question des données et de leurs usages à l’école dans l’atelier « Les données, un matériau pour apprendre dans toutes les disciplines » ; et enfin de repenser l’enseignement du primaire au supérieur dans l’atelier « Dans un monde numérique, de l’École à l’université : quel parcours de formation pour l’élève d’aujourd’hui ? ». Très vite, on a pu constater l’extraordinaire porosité des questions posées puisque la question des communs par exemple est intervenue également dans les ateliers sur les données et sur le parcours de formation.
Les discussions étaient riches et ont montré les tensions et les inquiétudes des enseignants en même temps que leur désir de ne pas rater le train du numérique et de pouvoir apporter ces enseignements et ces nouvelles méthodes dans leur classe. Je m’arrêterai sur l’atelier des données, que j’ai co-animé et qui a probablement été l’un des plus complexes puisqu’il a d’abord nécessité un cadrage terminologique. La définition d’une donnée s’est avérée ardue et il a fallu faire prendre conscience d’abord que tout pouvait être une donnée, en fonction de la question posée, que la conception de la donnée dépend du système de référence de la personne (selon que l’on enseigne les maths ou l’histoire par exemple), des questions qui se sont ajoutées à une double approche de l’atelier : s’agit-il d’utiliser les données dans le cadre de son cours ? Ou également de former à la donnée, en termes juridiques d’une part avec les données libres de droit, les données avec auteur mais utilisables et les données « fermées » ; ou en termes de mémoire/archive, c’est-à-dire de traces et de création d’une identité numérique. Car l’usage des données implique aussi d’expliquer aux élèves qu’ils laissent une trace, que l’ensemble forme une mémoire et une identité numérique qu’ils ne contrôlent pas forcément et qui peut être réutilisable ou vendue. Parler de la donnée ouvrait donc à la fois sur les méthodes, sur les contenus, mais aussi sur les valeurs et les communs. L’atelier pouvait se lire comme un « trans-atelier ».
Enfin, la table ronde réunissait un animateur de chaque atelier. Invitée pour faire le lien entre l’enseignement secondaire et le supérieur, j’ai été étonnée de la grande similitude entre les deux mondes. Les enseignants-chercheurs ne semblent pas mieux préparés à ces problématiques et les tentatives sont encore assez isolées, bien qu’elles se développent. Il a été reconnu que l’immense travail à accomplir se trouvait dans les ESPE, qui font véritablement le pont entre le secondaire et le supérieur et qui forment les enseignants de demain. A tous niveaux, les parcours de formation doivent être repensés, on doit revoir les compétences et valeurs à acquérir, redéfinir les évolutions des métiers et revoir les disciplines à l’aune des communs. Tout cela pose également la question de l’autonomie de l’enseignant et de sa pratique. Il me semble essentiel de redonner une liberté d’enseigner sans border et contraindre l’enseignant à une méthodologie figée. Il me semble essentiel aujourd’hui de faire confiance à nos enseignants sur leurs compétences et leurs capacités. Cela ne veut pas dire qu’un ensemble d’outils ne peut pas être mis à leur disposition pour aider à la création de cours mais plutôt qu’il faut cesser d’imposer une méthodologie afin de favoriser l’adaptation et d’encourager la créativité et l’innovation. A travers le numérique, lieu de tous les possibles – les bons comme les mauvais – c’est aussi la capacité à innover, à inventer le monde qui peut être transmise aux élèves. Je milite donc pour que la confiance soit un axe de la future formation des enseignants et je privilégie le terme de « confiance » plutôt que d’autonomie dans la mesure où le premier n’exclut pas le soutien ou le collectif tandis que le second peut laisser penser à un isolement.
Enfin, il a été évoqué également que la culture générale doit être repensée avec le numérique, voire laisser la place à la culture numérique. Ce basculement peut poser question. Je ne pense pas que cela soit nécessaire, hormis pour faire comprendre l’importance de la culture numérique, qui transcende largement le numérique justement pour envahir l’ensemble de nos pratiques sociales. Néanmoins, cela ne doit pas remplacer certaines spécificités du savoir présent dans la culture générale.
Il faut conclure à présent sur une remarque : chacun des acteurs de l’enseignement, et à tous les niveaux, a conscience de la nécessité de se former au numérique. Le chantier est ouvert, reste maintenant à se coordonner et à proposer.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *