Séminaire #EPHN2017 – CR de la séance du 23 juin, Laurent Gautier: « Twitter en campagne politique »

La dernière séance du séminaire #EPHN2017, le 23 juin, a été consacrée à un objet d’études typiquement « DH », qui intrigue particulièrement : Twitter. Laurent Gautier a proposé une étude passionnante des tweets politiques de Twitter qui a particulièrement illustré les nouveaux usages éditoriaux du texte numérique.

Après avoir rappelé que le numérique, qui fait émerger de nouveaux usages, implique également la création de nouveaux projets de recherche, Laurent Gautier a longuement présenté sa méthodologie en en soulignant les contraintes et les choix qu’il a dû faire. En effet, en travaillant sur Twitter, et donc sur un corpus numérique, on se retrouve avec des corpus évolutifs, qui ne sont plus figés contrairement à la majeure partie des projets de recherche auparavant. Une première contrainte consiste donc à déterminer le corpus en introduisant des critères de sélection et des bornes forcément arbitraires. Certes, cette situation n’est pas nouvelle, néanmoins l’arbitraire est plus manifeste avec les corpus numériques. Il se constate également dans la sélection des types de tweets. Faut-il inclure les retweets ? Et si oui, quel statut leur donner ? Comment doit-on les interpréter ? Faut-il aussi inclure les tweets des journalistes ou se restreindre aux tweets des hommes politiques, dans le cas de ce projet ?

Comme l’a montré Laurent Gautier, l’accès aux données qui forment des corpus potentiellement gigantesques implique tant une approche quantitative, pour permettre une certaine finesse d’analyse et une réelle représentativité, qu’une approche qualitative dans la sélection des tweets.

A ces contraintes, s’ajoute les questions des nouvelles formes d’écriture, qui ne sont plus seulement liées au texte mais aussi à d’autres dispositifs, comme les émoticons, et autres symboles signifiants utilisés dans la communication numérique. Ces pratiques posent la question du sens et finalement des conséquences pour l’acte de décodage. Laurent Gautier a notamment précisé que pour de nombreux chercheurs, non familiers de Twitter, une grande partie des tweets n’est même plus lisible, que le sens semble parfois avoir disparu malgré le texte avec la multiplication des opérateurs. En effet, sa présentation a bien mis en évidence la présence de plus en plus restreinte du texte, de la phrase par rapport aux éléments de contexte que représentent les opérateurs.

Le projet de Laurent Gautier s’appuie sur une double problématique : quels sont les impacts du dispositif socio-technique sur le mode d’écriture du message? Quelles conséquences doit-on en tirer pour l’appréhension de la textualité du tweet?

D’emblée la question du texte et de ses bornes est posée. Dans ce projet, le postulat de départ a considéré qu’un tweet était égal à un texte. Mais peut-on considérer dans ce cas qu’un retweet est aussi un texte, autonome et distinct ? Le retweet est-il une aide à la diffusion ou bien implique-t-il une certaine volonté auctoriale, notamment lorsque le tweet original est enrichi par un hashtag supplémentaire ?

Je m’arrête un instant pour préciser que, contrairement à d’autres séances, ce compte rendu vise davantage à poser des questions, à souligner les interrogations sous-entendues par cet objet d’études. Le détail de la communication peut se retrouver sur la présentation attachée à ce compte rendu EPHN-twitter. Aussi je privilégie ici, une fois n’est pas coutume, un texte oscillant entre la restitution de la séance et une discussion sur les nouvelles problématiques liées au numérique. On s’aperçoit bien vite que travailler sur ces nouveaux objets permet d’affiner notre conception de catégories traditionnelles que nous pensions figées, telle que la notion d’auteur, de texte, d’écriture ou de lecture, entre autres.

Le tweet remet en cause la linéarisation de la lecture. La cohérence est perturbée par la multiplication des opérateurs techniques. Les exemples de Laurent Gautier montrent bien que presque la moitié des tweets dans le corpus informent seulement sur le lieu où est le candidat ou s’il se trouve avec des gens importants qu’il va nommer. Le degré d’informativité est réduit au minimum et l’intérêt du tweet est plus que discutable. Le lieu d’informativité est déplacé et apparait finalement dans les opérateurs (lien, personnes citées, hastag) mais de fait la lecture est perturbée, elle perd en efficacité et elle implique une seconde étape de décodage, voire une reconstruction du sens à partir de l’ensemble des éléments. En ce sens, selon la distinction d’Eco, on serait dans une écriture littéraire et non journalistique, puisque le lecteur doit fournir un effort de compréhension et d’appréhension du texte ; il n’est pas guidé vers une lecture univoque et facile.

Les opérateurs compliquent en effet la tâche de lecture en même temps qu’ils prennent en charge un certain nombre d’informations qui renouvellent les cadres énonciatifs définis auparavant. Le retweet est un marqueur de diffusion mais modifie-t-il la prise en charge énonciative, notamment dans la perspective d’une polyphonie exponentielle ? L’opérateur @ a des fonctions cumulatives sur Twitter : il est à la fois marqueur d’adresses et mention ou encore source. Il signale donc autant le destinataire que la personne source ou encore celui qui est cité. En analyse littéraire, il cumule trois statuts différents et contradictoires. Le hastag (#) quant à lui renvoie, dans les tweets politiques, aux « petites phrases » ou « formules », comme étant un condensé de mouvements discursifs donnant soit des informations pour lire le reste du tweet, soit pour ancrer le tweet dans un fil spécifique, un contexte. Il peut ainsi jouer le rôle « méta », du commentaire pour donner des instructions de lecture au tweet, telle une didascalie au théâtre.

La présentation de Laurent Gautier était très dense et a davantage posé de questions qu’elle n’a apporté de solutions. Dans la perspective du séminaire, elle a parfaitement mis en évidence le rôle des Humanités Numériques et leur intérêt pour l’élaboration de nouveaux savoirs et pour la reconfiguration de savoirs existants. La discussion a fait intervenir deux spécialistes aux compétences complémentaires : Julien Longhi, chercheur en Humanités Numériques et Laurent Bouvet, politologue.

Julien Longhi a d’abord rappelé que la question des corpus constitue un des grands apports des sciences du langage et qu’elle interroge sur leur régime d’interprétation et sur leur généricité. Il a ensuite proposé de lire le tweet comme un objet de circonstance. Les opérateurs viseraient donc à recréer un contexte rapidement, en quelques signes. Ainsi, pour que le propos ait un sens, les opérateurs techniques donnent un contexte rapide de lecture et de compréhension du sens, à condition qu’ils aient été correctement compris et interprétés et que la personne qui les découvre aient les compétences pour les lire et les décoder. La multiplication des opérateurs laisse suppose que l’absence de contexte d’une phrase invaliderait son sens. C’est une hypothèse qu’il convient de garder en tête. La mise en contexte sur Twitter se fait sur un modèle similaire de l’environnement lors d’un échange oral.

Laurent Bouvet met en avant les atouts de ce type de travaux en sciences politiques. Il se présente comme un utilisateur de Twitter en tant qu’intervenant dans le débat public et non comme politologue et chercheur. Cette précision montre que les outils sont sélectionnés en fonction des pratiques et des identités construites sur le web. Selon lui, Twitter remet de la différenciation entre l’analyse et le fait ou sa mise en exposition.

Les questions de la salle s’organisent autour de la brièveté, contrainte essentielle de Twitter qui peut justifier de la multiplication des opérateurs et qui favorisent le sous-entendu et qui est parfois contourner par des photos de textes de conférences qui permettent de diffuser davantage d’informations, voire de l’éditorialiser mais qui pose la question de leur analyse et de leur statut. Enfin, un second axe concerne Twitter comme un sujet de recherche éducatif qui témoigne d’une migration de l’espace public dans les réseaux sociaux ou d’une extension de l’espace public. Cette réflexion peut être croisée avec les travaux de Dominique Cardon sur l’identité numérique. Cela témoigne d’enjeux d’urbanisation de l’espace public, qui sont nouveaux et fondateurs de nouveaux marqueurs sociaux.

On le voit, la séance a été particulièrement riche et les apports de la salle et des discutants nombreux. La formule sera repensée l’an prochain.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *