Compte rendu de la séance introductive du séminaire EPHN

Invités : Jérôme Valluy et Alexandre Gefen

Avec un peu de retard, voici le compte rendu de la séance introductive du séminaire EPHN. Pour rappel, l’objectif de ce séminaire est de s’appuyer sur des pratiques pour en déduire des réflexions épistémologiques sur les Humanités Numériques, entendues au sens large. Je ne reviens pas sur la difficulté de nommer ce champ (et de le déterminer) : des échanges sur ce point viennent fréquemment nourrir les listes DH, sans parler de la production scientifique sur le sujet. C’est donc un champ encore jeune, mais en voie de structuration, avec des éléments saillants et des usages très divers qui occasionnent des approches contrastées ou qui s’appuient sur des conceptions parfois contradictoires. Sa relative nouveauté (comparativement aux disciplines traditionnelles) est un gage de dialogue et de créativité mais cela implique également un foisonnement de réflexions voire d’écoles au sein desquelles il est parfois difficile de se repérer.

C’est pour cette raison que nous avons souhaité cette année débuter cette séance par une approche historique des humanités numériques francophones. L’an dernier, nous débutions le séminaire par une réflexion sur la posture du chercheur à l’aune des HN avec une intervention de Sean Takacs et cette année, nous mettons l’accent sur les théories. Pour cela, il a semblé assez évident d’inviter Jérôme Valluy, puisqu’il tient un carnet à jour des articles sur les HN en France, qu’il commente avec un ensemble de définitions qui donnent une vision assez précise des conceptions et évolutions en France du concept. « Corpus bibliographique sur les humanités numériques francophones ».

Jérôme Valluy a débuté en présentant sa méthodologie sur la constitution de son corpus. Remis à jour une fois par an, en début d’année, à partir de divers outils comme Google Scholar, TEL, HAL, CAIRN, etc., il s’appuie donc essentiellement sur un corpus numérique. Par ailleurs, il ne vise pas l’exhaustivité. La sélection est empirique. Le corpus est composé de deux segments principaux : les publications les plus centrées sur les Humanités Numériques et les autres qui concernent un domaine plus précis. Il n’exclut pas les articles en anglais ou en allemand mais seulement ceux qui se rapportent au champ francophone. L’approche est donc orientée et forcément subjective.

Jérôme Valluy défend l’hypothèse qu’il y aurait une spécificité des Humanités Numériques francophones par rapport aux Digital Humanities. A partir d’un cadrage socio-historique des Humanités Numériques entre 2007 et 2017, il met en avant les débuts de la critique (depuis 2016) qui passe d’une critique de rejet à une critique de réorientation.

L’expression « Humanités Numériques » émerge dans les années 2007. Les premières années, les définitions sont techniques, voire scientistes. L’approche techno-méthodologique porte moins sur les objets et davantage sur les méthodes. La littérature et la linguistique sont les sciences qui s’emparent le plus de ces possibilités, ce qui n’est probablement pas anodin dans l’usage du terme « humanités ».

Jérôme Valluy observe en 2010 une rupture quantitative puisque de nombreuses publications voient le jour. L’ancrage dans la technologie se confirme, les métiers de bibliothécaires et de documentalistes sont profondément remodelés et la nécessité de compétences techniques est de plus en plus marquée. Le métier d’informaticien change considérablement sous l’impulsion de ces Humanités Numériques. Selon Valluy, les informaticiens perdent ici une part du contrôle qu’ils avaient puisque le numérique s’adresse aussi aux profanes. La concurrence entre l’informatique et le numérique amorce un dialogue difficile.

En 2013-2014, une nouvelle césure significative apparait mais qu’il semble difficile d’expliquer hormis par la refonte totale de l’article Humanités Numériques sur Wikipédia. Cette réécriture est le résultat d’un travail collectif d’une dizaine de personnes, souvent proches d’OpenEdition et favorables à l’accès ouvert. En 2014, les travaux de Stiegler développent le concept d’Etudes Digitales. Son ouvrage collectif publié la même année témoigne d’une diversité de points de vue, tout en mettant en tension l’approche humaniste et les sciences sociales. Stiegler propose ainsi de dépasser le concept d’humanités numériques pour une approche plus globale sur le champ des sciences et des techniques.

Progressivement, deux courants majeurs se développent déterminés par deux questions principales : que peut-on faire avec le numérique dans les Humanités ? et que nous apprennent les Humanités sur le numérique ? Elles induisent des perceptions très différentes, des malentendus voire des affrontements de positions ancrées qui sont liées à la fois aux approches disciplinaires mais aussi aux expériences de chacun ou encore à leur usage de l’outil numérique.

A partir de 2015, un tournant critique se constate et la controverse se développe jusqu’en 2017 où elle semble diminuer. Des critiques radicales, essentiellement militante et politique, caractérisent les publications scientifiques. Des chercheurs qui s’inscrivent dans une tradition technophobe par exemple ou post-marxiste tendent à faire des Humanités Numériques, un champ néo-libéral et techno-industriel. L’idéologie, voire l’utopie, liée à l’horizontalisation des échanges, la diffusion libre du savoir partout et pour tous, est mise à mal.

Les Sciences de l’Information et de la Communication cherchent à s’organiser sur cette question mais finalement les Humanités Numériques réactivent un clivage interne et l’approche information-documentaire et les sciences de l’information.

Paradoxalement, cette période davantage critique envers les Humanités Numériques est aussi celle des créations de postes et d’une distribution significative de budget dédié ce champ d’études.

Par la suite, Jérôme Valluy constate un questionnement sur l’usage du mot « humanités », entre 2015 et 2017. Les vieux conflits sur le rôle des disciplines et des Sciences Humaines et Sociales de façon générale sont réactivés, notamment sur ce que recouvre ou non le terme « humanités », comment il faut le comprendre, etc.  Le volume de production scientifique faiblit en 2017. Les chercheurs semblent moins enclins à utiliser ce label, peut-être en raison du caractère polémique des années précédentes.

Valluy conclut ainsi son panorama des publications scientifiques consacrées aux Humanités Numériques, ce qui amène Alexandre Gefen, à ouvrir le dialogue d’emblée autour de questions problématiques, soulignant une conception parfois différente. Il se présente comme un praticien qui s’interroge peu sur l’hyper-réflexivité. Gefen s’étonne de ces réflexions méta- qui contredisent, selon lui, le caractère éminemment agile des Humanités Numériques. Cette réflexivité est typiquement française et peut expliquer la saturation des chercheurs et un souhait de banalisation des Humanités Numériques. La problématique principale restant, pour Gefen, de déterminer le caractère disciplinaire ou non des Humanités Numériques. En tant que praticien et institutionnel, une réponse doit être apportée, bien qu’elle demande du temps pour être élaborée.

Gefen propose de voir les Humanités Numériques comme l’émergence d’un champ centré sur les rapports entre Internet et la société, presque une culture, voire une politique. C’est la pratique du hacking, du Camp, de la start-up ; des expressions qui influencent et nourrissent notre conception des Humanités Numériques. On ne fait pas des Humanités Numériques comme on fait de la philologie grecque. Le champ introduit en effet une rupture épistémologique majeure puisqu’il devient possible, pour les « sciences molles » de quantifier et vérifier. C’est un décrochage dans le monde des Sciences Humaines qui va bien plus loin que le scientisme. On arrive à une ère de la « dataification », avec des paradigmes expérimentaux (Moretti et la lecture distante) qui implique de reformuler en des termes techniques, une démonstration. En linguistique par exemple, les chercheurs ont peur de l’arrivée du numérique. Cela remet en questions leurs méthodes.

Gefen défend ici une position intégrative : il n’y aurait pas de spécialisation en Humanités Numériques mais ces méthodes permettent de faire évoluer les pratiques scientifiques et finalement les projets. Contrairement aux Etats-Unis qui ont une pratique expérimentale des Humanités Numériques, la France porte sur des questions de corpus, très patrimoniales et privilégie une approche théorique. Comme le souligne un auditeur, on cherche à nommer des pratiques qu’on avait parfois depuis longtemps.

Pour conclure, Valluy et Gefen s’accordent pour expliquer que le modèle allemand des Humanités Numériques est celui des infrastructures, tandis que le modèle anglais est celui des centres (méthodes et thématiques), et le modèle d’Amérique du Nord s’appuie sur le réseau. A l’inverse, le modèle français cumule les trois systèmes : il a un niveau d’infrastructures (Huma-Num et OpenEdition par exemple), les centres (les grands équipements), le réseau (Humanistica) mais aussi des structures bottom-up comme les consortiums d’Huma-Num ou le réseau Terra. Tout cela le rend à la fois très complet et particulièrement efficace par rapport à d’autres pays, mais aussi difficilement lisible pour les étrangers mais aussi pour les chercheurs français.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *