Séance 2 EPHN : Marcello Vitali Rosati, Université de Montréal : « Une API pour l’Anthologie grecque: repenser le codex Palatinus à l’époque du numérique ».

 La conférence de Marcello Vitali-Rosati a été particulièrement riche et a occasionné une discussion variée et productive. Un second billet est donc accessible ici pour rendre compte de la passionnante discussion qui a suivi. Vous trouverez donc ici uniquement le compte rendu de la conférence.

La seconde séance du séminaire était consacrée au projet Codex Palatinus de l’équipe de Montréal, dirigée par Marcello Vitali-Rosati. Exemple parfait de ce que le séminaire cherche à montrer, la conférence de MVR a permis de mettre en avant le développement de nouveaux projets de recherche, de nouvelles façons de faire de la recherche grâce aux potentialités du numérique. La séance a donc largement dépassé la question du projet – absolument passionnant- sur le Codex Palatinus, pour interroger les enjeux épistémologiques des Humanités Numériques.

Le ton a été donné d’emblée, dans l’introduction de MVR qui a rappelé que la question technique devait être greffée à une question théorique. En d’autres termes, l’usage des outils est déterminé par l’approche épistémologique choisie. C’est donc elle qui doit être première dans la méthode scientifique si le chercheur ne veut pas se retrouver soumis à une conception épistémologique qui n’est pas la sienne ou qui ne lui apporte rien, à cause de son choix technique. Très souvent, il y a ainsi une tension forte entre le fait d’utiliser ce qui est déjà là, et qui permettrait un usage et une prise en main plus rapides, souvent davantage standardisé, ou un outil développé spécifiquement pour le projet, plus onéreux, plus long également, mais potentiellement plus adapté. Comme le rappelle MVR, « la technique, c’est de la pensée ». Il s’insurge contre le positionnement parfois dédaigneux de certains chercheurs, qui ne comprennent pas combien les choix techniques sont engageants dans leur projet.

Cette entrée en matière amène un discours plus politique sur le rapport des chercheurs aux « petites mains » spécialistes du numérique et à ces relations hiérarchisées entre ceux qui maitrisent la technique et ceux qui « font la science ». Dans cette perspective, MVR rappelle notamment que ce sont les femmes qui ont créé l’informatique, comme le montrent les nombreuses photographies du laboratoire du Père Busa.

Figure 1 Melissa Terras’ Blog: For Ada Lovelace Day  (CC-BY-NC )

Le propos est d’emblée engagé en faveur d’une autre approche de l’outil, d’une autre conception de la recherche et d’un renouvellement des relations chercheurs-ingénieurs.

MVR bouscule en s’attaquant au droit d’auteur et au concept d’autorité. C’est tout l’enjeu de sa conférence, à partir d’un exemple spécifique : le travail mené autour du Codex Palatinus, également appelé Anthologie Grecque ou Anthologie Palatine. Ce manuscrit, retrouvé au 17e siècle, est un recueil d’épigrammes dont l’objectif est de contenir tous les savoirs. L’histoire du texte, comme son nom, posent de nombreuses questions, notamment à l’ère numérique.

Le concept d’anthologie est problématique. Par définition, elle n’est pas exhaustive tout en y aspirant. Ce paradoxe n’est pas sans évoquer le web qui correspond assez bien à cet idéal anthologique. Il y a tout, mais uniquement sous la forme de fragments. On y trouve tout, mais c’est toujours incomplet. C’est la culture anthologique[1] dont parle Milad Doueihi dans son ouvrage  Pour un humanisme numérique (2011).

MVR retrace la genèse de cette anthologie et montre bien comment en 900 environ, Céphalas compilait déjà une anthologie, celle de Méléagre qui date de 100 avant JC environ, que la version perdue de Céphalas est à l’origine du Codex Palatinus qui a ensuite été repris à diverses occasions, qu’il détaille, jusqu’en 2015 avec le CRC Ecritures Numériques, c’est-à-dire le projet mené par l’équipe de Marcello.

En effet, il n’y a pas d’unité pour déterminer cet ensemble : 16 siècles de textes, plus de 100 auteurs, une forme métrique prédominante (le dystique élégiaque) mais pas unique. La seule unité repérable, ce sont les épigrammes. Au départ, ce sont des inscriptions sur des tombes ou des cadeaux, puis la forme devient littéraire et se figent. Les épigrammes se parlent entre elles, dialoguent, dans un même texte mais aussi d’un texte à l’autre. Certaines sont créées pour répondre d’ autres. Les renvois se font à travers les âges dans un esprit anthologique de circulation de la parole, des idées et des textes sans qu’il n’y ait de limite à l’ensemble. Comment aborder tout cela ? Peut-on encore parler de texte ?

L’équipe du CRC Ecritures Numériques a effectué ici un choix déterminant pour le projet : la notion de texte a été supplantée par celle d’imaginaire. L’Anthologie est porteuse d’un imaginaire collectif encore en vigueur aujourd’hui, qui se cristallise plus ou moins consciemment par stratifications dans les siècles. En d’autres termes, la structure anthologique est rendue accessible à tous ceux qui sont touchés par cet imaginaire. Il s’agit ici de résonnance des topoï.

Le topos du Carpe Diem par exemple est souvent associé à Horace, qui pourtant cite des sources grecques comme Asclépiade, un épigrammatiste très présent dans l’Anthologie. Ce topos imprègne l’ensemble des textes, mais aussi les poésies de Ronsard ou les chansons de Brassens. Le concept d’anthologie amène à inclure tout ce qui peut y faire référence, une inscription, une chanson des Beatles, et pourquoi pas une publicité, dans une perspective de diffusion large du savoir et de relation à la société. Une première détermination épistémologique est en œuvre ici : l’histoire du texte n’est pas restreinte aux seules œuvres qui s’en réclament ou qui s’en inspirent manifestement mais elle ouvre à des reprises plus vagues et plus lointaines. La constitution du corpus est donc assez vague, mouvante et organisée selon des critères lâches.

Le groupe de recherche du CRC Ecritures Numériques s’appuie sur la notion de littérature brouhaha selon le concept défini par Lionel Ruffel dans son ouvrage, Brouhaha: Les mondes du contemporain, publié en 2016. Le concept d’espace public, élitiste, proposé par Habermas est discuté pour proposer un espace public de la création, un espace dissonant où la création émerge du brouhaha. L’Anthologie représente assez bien le brouhaha : les thématiques s’entremêlent, les pastiches sont nombreux, les textes se répondent entre eux.

 Etymologiquement, Anthologie renvoie à une sélection de fleurs. Méléagre, considéré comme le père du concept d’anthologie, appelle cela une « couronne ». Il structure son poème en organisant les idées à partir de divers noms de fleurs et tisse la métaphore tout du long dans un style assez baroque. Il élabore une classification à la fois poétique et créative, mais aussi taxinomique qui lui permet d’associer des éléments très hétérogènes. Cette pratique sera ensuite reprise, pas forcément à partir de la métaphore florale, dans l’ensemble des textes qui s’en réclament. En effet, la caractéristique première de ces textes, c’est leur relation au classement, à la taxinomie, à l’organisation et à la hiérarchisation des éléments, du savoir. De fait, les scholies dans les textes sont presque toujours des aides au classement : elles expliquent les renvois, signalent dans quelle partie cela s’organise, quelles relations avec d’autres textes. Ce sont des liens hypertextes avant le web.

Deux enjeux se rejoignent ici :

_ l’histoire même du Codex Palatinus permet à l’équipe de montrer la circularité des informations, les emprunts, les réécritures, les liens effectués entre différentes versions, et finalement l’impossibilité de parler d’une autorité auctoriale.

_ la diffusion de ce matériau en ligne implique un choix technologique qui témoigne d’un modèle épistémologique. La réflexion menée autour du manuscrit a amené une solution technique imparfaite mais signifiante ; plus longue qu’une solution toute faite, mais Marcello le rappelle : « dans nos domaines, l’objectif n’est pas de faire fonctionner les choses, mais de faire réfléchir. Notre métier, c’est perdre du temps ». Le modèle de productivité n’est pas le même dans la recherche en SHS que dans l’industrie. La productivité ne se constate pas au nombre de choses réalisées dans un temps imparti, mais à la qualité et à la profondeur d’une démarche, d’une application.

Pour répondre à ces enjeux, le concept d’éditorialisation[2] sur lequel MVR travaille depuis déjà plusieurs années est convoqué. En effet, il témoigne de dynamiques ouvertes et collectives. Contrairement à l’édition, il n’est pas limité puisqu’il n’a pas de début ni de fin et peut aisément être repris, modifié, altéré pour produire une œuvre nouvelle. Il s’inscrit dans un environnement ouvert qui lui permet d’être particulièrement adapté aux amateurs et aux spécialistes. Il répond ainsi parfaitement aux spécificités de l’aventure de Codex Palatinus en rendant les textes et leur histoire accessibles à tous sans se limiter à une approche éditoriale unique et définitive. L’équipe du CRC n’a donc pas souhaité établir un texte, ce qui impliquerait un choix parmi d’autres en termes de versions, de traductions, etc. mais plutôt continuer à faire vivre l’imaginaire collectif qui lui est associé. Cela passe par la volonté de faciliter la reprise des textes et leurs réappropriations par d’autres (collaborations mises en place avec des collèges, une école de design, etc.) et donc par un choix technologique, qui a été celui de l’API, un dispositif ouvert et souple, que chacun peut reprendre et modifier.

L’objectif sous-tendu par le projet a donc déterminé le choix technologique qui s’est encore affiné pour rendre compte d’un modèle épistémologique précis : En effet, l’API expose la base de données qui est ouverte et accessible avec une simple connexion à JSON.  Le choix de JSON est particulièrement significatif. Contrairement au langage XML, très structuré, à balises, hiérarchisé, JSON est beaucoup plus libre. Il n’a pas de schéma préalable, pas de structuration et n’impose pas un certain nombre d’informations en fonction du type de document. De fait, les données sont naturellement bien moins structurées que ce que souhaiterait un helléniste, mais ce n’est pas l’objet. Le projet est participatif, ce qui a impliqué de trouver un outil qui lui correspond, et donc de s’appuyer sur un autre modèle épistémologique, moins structuré mais tout aussi scientifique. Le modèle JSON défend une autre posture de chercheur que celle du XML et de la TEI.

Le projet cherche à pouvoir s’aligner avec le plus d’éléments possibles : des liens scientifiques mais aussi et surtout, des liens faibles. Ce qui intéresse ici n’est plus la pertinence du lien mais le rapprochement qui est fait. Dans ce sens, le terme de « traduction » a été évincé au profit de la notion de « version », notamment pour rejeter la question de l’originalité et de l’auctorialité. L’alignement intervient comme une notion littéraire, au même titre que la traduction, avec une spécificité qui lui est propre.

Divers projets ont vu le jour à partir de ce travail : Une école de Design à Montreuil, HETIC, s’est inspirée de ce projet en reprenant l’API pour créer des parcours de lecture des épigrammes. Un jeu de réalité virtuelle est également en cours de création avec une lecture des épigrammes sur diverses tombes dans un cimetière. L’Anthologie Palatine continue sa route, numériquement cette fois.

[1]Voir l’analyse de Marcello Vitali-Rosati sur l’ouvrage de Doueihi dans la revue Sens Public et ce compte rendu de Mélanie Le Forestier dans la revue Lectures.

[2] Voir son dernier livre, On Editorialisation, en accès libre qui vient de paraitre (mars 2018).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.