Le numérique : une épistémologie de la science

 Compte rendu de la discussion entre Marcello VItali-Rosati et Xavier-Laurent Salvador

Le compte rendu de la conférence de Marcello Vitali-Rosati est accessible ici

 Le dialogue s’est engagé immédiatement entre les deux chercheurs, en particulier sur la question du rôle des Humanités Numériques. XLS (Paris 13) reprend l’opposition « petites mains » / chercheurs soulignée par MVR au début de sa conférence pour amener la réflexion sur les communs des Humanités Numériques. L’enjeu serait finalement que ce champ disparaisse pour devenir une méthodologie à part entière, spécifique, qui induirait une réflexion entre l’outil, l’épistémologie et la théorie. XLS parle alors de « réappropriation » des Humanités Numériques pour revendiquer une association de la forme et du fond.

Les Humanités Numériques incitent à reconsidérer la relation amateur-spécialiste, le rôle de l’expert et contribuent au crowdsourcing. De ce fait, elles interrogent les notions de validation scientifique et d’autorité, entre autres. Le modèle de l’API ouverte du projet Codex Palatinus cherche à faire coexister les deux approches, à la fois scientifique et citoyenne. MVR et XLS rappellent que le concept d’auteur est finalement très récent, qu’il n’a que peu d’existence sur l’ensemble de l’histoire de l’écrit (1710-1770). On parle davantage de cycle éditorial. De tout temps, on parle de glose, reprise, pastiche, scholie, version, etc. La création littéraire est une production qui s’inscrit dans une continuité, et en particulier une continuité avec les bibliothèques. Ce versioning de l’acte créatif doit donc être structuré, organisé dans un espace selon un esprit anthologique.  De la même façon, le web est structuré comme une bibliothèque, qui ne contiendrait pas uniquement du texte, mais aussi des objets.

XLS considère le numérique comme un modèle épistémologique de la science, susceptible de nous faire réfléchir aux problématiques d’espace public, de commun, d’un savoir négocié par tous, partagé de façon collective. La notion d’auteur a développé une représentation fantasmée du livre, comme étant le recueil d’une voix unique. Or il est justement l’objet qui doit mener vers autre chose, un objet intertextuel par excellence.

Les Humanités Numériques reconfigurent le savoir autour de nouvelles notions : l’alignement, qui remplace le concept de traduction, l’indexation qui fait évoluer le classement ou le chapitrage, les parcours de lecture – une approche très française – qui illustrent particulièrement la lecture fragmentaire sur le web ou s’articulent comme des playlists partagées et thématisées. Comme le rappelle un participant du séminaire, l’API est aussi une pratique lettrée, un lieu de contrôle de l’image et du texte. Outil d’écriture et de réécriture, il est devenu un outil d’édition (voir l’article « A Publisher’s job is to provide a good API for Books » de Hugh McGuire).

L’Anthologie Palatine s’efforce de structurer et d’organiser l’imaginaire collectif, comme le web aujourd’hui. En ce sens, l’imaginaire devient une méta-catégorie textuelle, dont la plus petite unité serait, non pas le texte, mais le fragment. Il se fait collection de fragments, plus ou moins ordonnés. L’imaginaire se déploie entre une inscription désorganisée et une volonté de catalogage. Toujours en quête d’un impossible classement…

C’est ainsi toute une épistémologie qui se redéploie à partir des Humanités Numériques.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.