Compte-rendu de la séance EPHN2018 avec Francesca Musiani

Etudier la communication sécurisée : quelle interdisciplinarité possible ?

 La dernière séance du séminaire en 2018 était principalement dédiée à l’interdisciplinarité dans les Sciences Humaines et Sociales en particulier avec les sciences informatiques. Francesca Musiani, chargée de recherche à l’ISCC (CNRS-Sorbonne Université), est venue raconter son expérience de l’interdisciplinarité dans le cadre du projet européen Nextleap. L’objectif du projet est de construire une science de l’internet en s’appuyant sur des protocoles spécifiques autour de la question du chiffrement et des technologies de messageries sécurisées. Un consortium de six partenaires particulièrement interdisciplinaire s’est constitué avec trois labos d’informatique, un labo de sociologie, un en philosophie et un partenaire du secteur privé. Une forte interaction entre les partenaires est requise par ce type de projet : notamment, dans le cas de Nextleap, l’enquête en sciences sociales doit contribuer à informer le travail de développement logiciel.

L’expérience a montré des différences méthodologiques fondamentales, qui ont induit un retard dans le projet et des incompréhensions dans le travail. Cela s’explique par une méconnaissance des besoins et des attentes de chaque discipline autour d’une même question. Ainsi lorsqu’il a été question de comprendre les usages des acteurs travaillant sur les applications chiffrées et les protocoles qui les sous-tendent, s’est imposée l’idée de mener une enquête à la façon des sciences sociales. Il a fallu donc constituer l’enquête, interroger les acteurs sous la forme d’interviews semi-dirigées puis interpréter les résultats pour ensuite les soumettre aux collègues informaticiens. Ce travail a été réalisé par les sociologues mais lorsqu’est venu le temps de l’échange avec les informaticiens, chacun s’est aperçu que les résultats n’étaient pas utilisables de son point de vue. En effet, pour les informaticiens, il fallait avant tout pouvoir réaliser des graphes et des tableaux, dérivés des réponses à des questions binaires ; tandis que l’enquête menée était de type qualitatif, beaucoup plus complexe et avec des résultats plus détaillés, mais dont la représentativité « statistique » était moins évidente à établir.

C’est donc un temps précieux qui a été « perdu » pour le projet mais qui a permis de prendre conscience des méthodologies et des langages différents. En effet, le consortium s’était accordé sur la question à poser, sur les problématiques générales mais sans anticiper que cela pouvait générer des attentes, des méthodes et une présentation des résultats très variées.

Francesca Musiani a donc partagé pendant le séminaire des suggestions sur ce que doit faire un sociologue pour être « utile » à ses collègues informaticiens dans le cadre d’un projet comme Nextleap, qui se base sur un certain nombre de livrables et dont la partie sociologique doit être « au service » du développement informatique :

  • L’étude doit être représentative et parfaitement reproductible !
  • Faire des tables a minima mais mieux vaut des statistiques et des graphes.
  • Faire une étude qui parle à ceux qui parmi les informaticiens « étudient les gens », les spécialistes des usability studies.

Pour la majorité des informaticiens de Nextleap, une recherche en SHS sérieuse devait ressembler à un tableau avec de longues listes de colonnes et de lignes à partir de séries de questions binaires. Ce fut donc une expérience étonnante mais non dénuée de sens et d’intérêt pour les sociologues qui avaient fait de longues enquêtes/interviews difficilement exploitables pour les informaticiens.

Francesca a donc proposé une « leçon d’interdisciplinarité », composée d’aspects négatifs :

_ Pour certains informaticiens, l’ethnographie et les méthodes qualitatives ne sont pas de la science.

_ Les SHS ne sont utiles, dans ce contexte-là, que si elles sont prédictives ; et notamment prédictives des comportements des usagers.

Et des aspects positifs :

_ En ayant recours à une certaine dose de diplomatie scientifique, il est possible de cumuler les deux visions et de bénéficier de chacune d’entre elles.

_ La complémentarité est possible si on n’impose pas.

_ Cela a produit deux types de publications, dont un qui n’avait pas été anticipé : une approche synthétique qui produit des catégories et des tableaux et une publication pour déconstruire ces catégories et expliquer les limites.

Concernant les méthodes d’études du numérique, il n’y a pas encore d’harmonisation. Chacun y va à tâtons avec son expérience et son approche méthodologique. On ne sait pas encore quelle approche correspond à quel besoin. Cela justifie donc le fait d’être inclusif et de travailler en interdisciplinarité.

En conclusion, Francesca explique que si les STS apprécient regarder les développeurs, c’est qu’ils sont pleinement conscients que nul choix technique n’est le produit d’une neutralité. Mais si, comme il a été rappelé lors de la discussion, certains développeurs sont friands de ce type d’enquête qui leur fournit une occasion de réflexivité sur leurs propres pratiques, d’autres développeurs estiment « se connaître déjà » et ne veulent pas se regarder, au moins pas dans le cadre d’un programme de recherche interdisciplinaire : ils attendent, eux, que la sociologie leur apprenne des choses sur les utilisateurs pour utiliser ces informations au cours du développement technique. En ce sens, les Humanités Numériques semblent avancer dans la bonne direction : la démarche méthodologique se fait en symbiose (plus ou moins facile et réussie) entre les SHS et l’informatique et cela permet de déconstruire des projections réciproques du travail de l’autre. Le dialogue doit être constant ; tout comme la conscience du carcan méthodologique par lequel nous sommes plus ou moins contraints dans chaque discipline.

Benjamin Loveluck, Maître de Conférences à Télécom Paris-Tech, qui a beaucoup travaillé avec Francesca, était présent pour discuter la séance. Il a principalement interrogé la recherche en mode projet qui se développe ces dernières années, sous l’impulsion notamment de la recherche de financement dans les ANR ou les projets européens. Par exemple, il explique que les types de publications se sont organisés à partir des livrables des projets qui constituent une forme de cahier des charges implicite où il s’agit d’expliquer la méthodologie des entretiens, de mettre en avant l’articulation entre le savoir, les dispositifs et les pratiques sociales, ou encore de décrire les dimensions situées de ces interactions (contexte politique, économique, social, etc.). Ces pratiques ont tendance à orienter les entretiens pour répondre davantage aux contraintes du mode projet qu’aux spécificités du questionnement scientifique.

Cela risque en effet de produire des résultats désincarnés, avec des résultats d’enquêtes plus ou moins attendus qui font passer à côté de la richesse des STS, chargées de prendre en compte les contraintes et le contexte. La dimension ethnographique est rapidement évacuée pour faire un papier qui satisfasse les informaticiens et les sociologues mais uniquement sous la forme d’une étude d’usage. Selon Benjamin Loveluck, le focus de départ se trouve décorrélé des pratiques, ce qui oblige à produire un second papier pour déconstruire cette pratique ; tout en sachant que l’audience des deux publications ne sera de toute façon pas la même.

En d’autres termes, il est évident qu’on sous-estime le travail d’acculturation nécessaire pour faire collaborer des informaticiens et des chercheurs issus des SHS. Il y a un méta-travail à anticiper pour mener à bien ce type de projet et éviter les déconvenues. La plupart du temps, le dialogue se fait sur le projet et sur le pourquoi du projet mais le comment est totalement négligé. Il intervient pendant la réalisation du projet et sa résolution apporte à la fois des éclairages sur le projet et des turbulences sur sa réalisation.

Outre le comment dont il faut discuter en amont du projet, il est nécessaire d’organiser des retours périodiques avec les utilisateurs pour aider les informaticiens à prendre conscience du degré de granularité des études sociologiques et de l’impact du travail des sociologues sur le projet.

Les questions et échanges qui ont suivi ont principalement portés sur le lien, et les différences, entre les Humanités Numériques et l’interdisciplinarité. Est-ce que faire de l’interdisciplinarité revient à faire des Humanités Numériques ?

Il est ici question de hiérarchie finalement. Est-ce une autre science ou bien une pratique au service d’une science ? La question des frontières est bien évidemment compliquée dans des projets interdisciplinaires comme celui-ci : d’autant qu’il n’y a pas un commanditaire mais bien une construction commune de l’objet scientifique. A la question des frontières s’ajoute celle de l’inclusion : on ne peut pas dire que les STS ou l’histoire des TIC relèvent des Humanités Numériques, sinon il n’y a plus que des Humanités Numériques.

S’agit-il donc d’une coquille vide ? Un nom à la mode, récupéré par les politiques et utilisé pour le financement et qui négligerait la vraie question : le travail en interdisciplinarité. Est-ce une façon d’étiqueter des pratiques nouvelles en humanités : l’usage du numérique et le recours à l’interdisciplinarité ? Qu’en est-il de l’historien qui utilise des outils de cartographie pour sa recherche ? S’agit-il d’humanités numériques, d’histoire numérique ou d’interdisciplinarité ?

Le séminaire a laissé ces questions sans réponse.

 

Un second axe de dialogue a émergé pour interroger les contraintes de la recherche et revenir aux propos de Benjamin Loveluck sur le mode projet : les projets financés imposent de répondre de façon très organisée et conditionnée en limitant le potentiel surgissement de ce qui n’avait pas été anticipé, du chemin de traverse qui s’avère parfois plus fructueux que celui qui avait été planifié. L’interdisciplinarité est poussée par les politiques avant d’être une demande des scientifiques eux-mêmes. Il s’agit de promouvoir de nouvelles façons de travailler et de faciliter les recherches de financement. Or, tout le monde ne souhaite pas créer des synergies. Et il est légitime de se demander si la recherche du consensus est toujours réellement souhaitable. Dans certains cas, il peut être utile qu’une science conserve sa méthodologie ou son regard pour exprimer une certaine indépendance et une originalité. Enfin, il a été rappelé que tout projet est maintenant numérique d’une certaine façon à travers les livrables a minima.

Conclusion sur le séminaire :

Cette dernière séance a permis d’amener une sorte de synthèse sur l’ensemble des séances de l’année, mais peut-être aussi depuis les débuts de l’existence du séminaire il y a trois ans. On s’aperçoit que les Humanités Numériques deviennent un lieu de contraintes, une expression problématique qui n’amène pas la libération attendue, et encore moins le consensus. Faire des Humanités Numériques est devenu un exercice imposé, qui n’a pas toujours du sens et qui relève parfois davantage d’une tendance politique que d’un besoin scientifique. Ce n’est pas la panacée imaginée. Considérées comme quelque chose de neuf et d’innovant il y a quelques années, elles ont produit une course à l’innovation au détriment de la réflexion scientifique. Elles ont permis de multiplier les publications grâce à des résultats rapides : tableaux, graphes, visualisations diverses mais sans rendre compte d’une méthodologie et surtout d’une épistémologie particulière. Le mouvement des Humanités Numériques a accompagné l’évolution de la recherche en mode projet pour une course aux résultats qui s’effectue au détriment d’une longueur de l’analyse, d’une temporalité plus espacée favorable aux grandes idées (qui nécessitent du temps pour être conçues, formulées et diffusées).

Ce constat, qui s’est fait entendre dans la plupart des séances du séminaire depuis trois ans, peut cependant être nuancé si l’on pense les Humanités Numériques dans une perspective pédagogique. En effet, les séances consacrées aux projets davantage tournés vers des usages pédagogiques et/ou citoyens ont montré un véritable intérêt des Humanités Numériques : pour les étudiants, les scolaires, les enseignants également et le grand public pour les projets patrimoniaux. Ce type d’usage correspond davantage aux contraintes du mode projet et à ce que l’on entend par Humanités Numériques. Dans ce type de cas, il s’agit en effet de montrer les usages des Humanités, d’amener les usagers à s’interroger sur des problématiques chères aux Humanités. Peut-être alors, peut-on penser une discipline Humanités Numériques de façon pertinente. Elle aurait cependant beaucoup à voir et à partager avec ce que l’on appelle la culture…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.