Archives pour la catégorie Comptes-rendus

Séminaire #EPHN2017 – CR de la séance du 23 juin, Laurent Gautier: « Twitter en campagne politique »

La dernière séance du séminaire #EPHN2017, le 23 juin, a été consacrée à un objet d’études typiquement « DH », qui intrigue particulièrement : Twitter. Laurent Gautier a proposé une étude passionnante des tweets politiques de Twitter qui a particulièrement illustré les nouveaux usages éditoriaux du texte numérique. Continuer la lecture de Séminaire #EPHN2017 – CR de la séance du 23 juin, Laurent Gautier: « Twitter en campagne politique » 

21 juin – Séminaire académique des Humanités Numériques – Canopé Val-de-Marne

Le 21 juin, le réseau CANOPE Val-de-Marne organisait une journée sur les Humanités Numériques à destination des formateurs et enseignants de l’académie de Créteil. Sur la base du volontariat, des inspecteurs, des enseignants, des formateurs se sont réunis pour discuter de l’enseignement des Humanités Numériques dans le secondaire, mais également dans le primaire.
Présenté comme une non-conférence avec le titre, « Comment faire de la classe un laboratoire d’humanisme numérique? », Continuer la lecture de 21 juin – Séminaire académique des Humanités Numériques – Canopé Val-de-Marne 

CR séance « De l’antiquité au numérique, et vice-versa », Anne Vial-Logeay

Le 19 mai, pour l’avant-dernière séance de l’année du séminaire, nous avons eu le plaisir d’écouter Anne-Vial Logeay venue nous parler de Pline l’Ancien dans une perspective contemporaine. Comme l’indique son titre, notre invitée a organisé sa présentation en deux temps. Elle a montré dans un va-et-vient comment Pline peut apporter une autre compréhension des spécificités de l’écriture numérique et en même temps comment le numérique, en termes de techniques, mais aussi par certains concepts et notions quil force à reconsidérer, peut contribuer à la compréhension et à la diffusion des textes de Pline l’Ancien. Continuer la lecture de CR séance « De l’antiquité au numérique, et vice-versa », Anne Vial-Logeay 

CR de la séance du séminaire #EPHN avec Marianne Reboul, « Comment pense une machine? »

Le 24 mars, le séminaire #EPHN 2017 a accueilli une présentation de Marianne Reboul (doctorante au labeX Obvil) sur la traduction automatique. Intitulé « Comment pense une machine », son exposé s’est d’abord centré sur l’histoire de la traduction automatique avant de rendre compte des techniques contemporaines qui sont développées.

D’emblée, on s’aperçoit que le questionnement n’est pas nouveau. Bien avant les premiers ordinateurs individuels, le problème était déjà posé. Marianne Reboul, commence en 1947, avec le Translation Memorandum, un texte essentiel qui affirme que le langage est un code et qu’il existe des universaux linguistiques que l’on peut décoder.

Cette conception est déterminante pour envisager la possibilité d’une traduction automatique des textes. On imagine alors qu’il suffit de trouver le bon code… Avant de constater qu’il faut aussi avoir à disposition une masse de corpus bilingue qui puisse servir de modèle pour permettre la recomposition dans la langue d’arrivée d’un texte initial.

Les techniques de traduction automatique se sont largement développées grâce à Internet et à la publication en ligne. Le grand nombre de données a contribué au progrès mais de façon paradoxale. En effet, l’importance des données a permis d’affiner plus précisément les pratiques de traduction mais la grande diversité des données, c’est-à-dire leur qualité variable, a augmenté la marge d’erreur. Cela s’explique aisément. Si, dans le corpus modèle, il y a de nombreux textes avec des erreurs de traduction, alors le logiciel reproduira ces mêmes erreurs. Continuer la lecture de CR de la séance du séminaire #EPHN avec Marianne Reboul, « Comment pense une machine? » 

CR de la séance 2 du séminaire #EPHN2017 – Intervenant: Andrea Del Lungo

La seconde séance du séminaire a été consacrée à un monstre de la littérature française, Balzac.
Andrea Del Lungo (Lille 3) est venu présenter le projet d’édition numérique eBalzac, construit à partir du projet ANR Phoebus qui propose une édition numérique hypertextuelle des œuvres de Balzac.
Ambitieux et particulièrement attentif aux usages scientifiques, le projet se présente comme une édition numérique enrichie de l’œuvre de Balzac permettant la mise en avant des textes sources qui ont pu influencer l’écriture balzacienne.

Continuer la lecture de CR de la séance 2 du séminaire #EPHN2017 – Intervenant: Andrea Del Lungo 

Compte rendu de la séance introduction du séminaire #EPHN2017 (Invité: Sean Takats)

Le 13 janvier, la première séance du séminaire #EPHN2017 a été inaugurée par Sean Takats, directeur de recherche au Centre Roy Rosenzweig Center pour l’Histoire et les nouveaux Médias, professeur associé d’histoire à l’Université George Mason et actuellement résident à l’Institut d’Etudes Avancées de Paris. Son intervention, intitulée « Vers une nouvelle figure du chercheur : la crise épistémologique des Humanités Numériques » s’est interrogée sur l’automatisation des pratiques de lecture et d’écriture, des pratiques qui sont au cœur du métier de chercheur. Continuer la lecture de Compte rendu de la séance introduction du séminaire #EPHN2017 (Invité: Sean Takats) 

Quelques mots sur le colloque « Comment penser l’actualité? »

Pendant deux jours, l’Institut historique allemand a accueilli le colloque « Comment penser l’actualité? ». Salué pour son interdisciplinarité, il a permis de confronter la notion à différents contextes, emplois et usages, pour en saisir la « substantifique moëlle », comme le disait Rabelais. Continuer la lecture de Quelques mots sur le colloque « Comment penser l’actualité? » 

Programme du séminaire 2017 « Epistémologie et pratiques des Humanités Numériques »

La deuxième édition du séminaire « Epistémologie et pratiques des Humanités Numériques » débutera le 13 janvier avec Sean Takats comme intervenant et Frédéric Clavert comme discutant.

Le séminaire se tiendra dans les locaux de l’INRIA. Il est ouvert à tous mais uniquement sur inscription préalable.Il aura lieu le vendredi de 10h à 12h de janvier à juin, 2 Rue Simone IFF, 75012 Paris. Continuer la lecture de Programme du séminaire 2017 « Epistémologie et pratiques des Humanités Numériques » 

Épistémologie et pratiques des humanités numériques #ephn2016 – Résumé de la séance 3 (18 mars 2016 à l’IHA)

Sara Georgini (Boston University, Massachusetts Historical Society) est venue parler de la famille Adams (pas celle du film mais bien celle du 6ème président des Etats-Unis) et notamment d’une caractéristique très spéciale de cette famille : leur goût pour les lettres et les journaux intimes. Sur plusieurs générations, les Adams ont tenu des journaux intimes pendant des dizaines d’années, ils se sont échangés de très nombreux courriers qui sont autant de précieuses informations sur l’époque, la culture, le mode de vie et la famille en elle-même bien sûr. Un tel ensemble mérite d’être mieux connu et diffusé dans la mesure où il est un excellent outil pour les chercheurs d’une part, et qu’il intéresse également les citoyens curieux d’en savoir davantage sur la famille d’autre part. Les anecdotes y sont nombreuses et la lecture s’avère très divertissante.

ephn2016 3

La Société Historique du Massachusetts (MSH) travaille depuis plusieurs années à l’édition, forcément sélective, des courriers et journaux intimes de cette famille, et Sara Georgini a mis en avant le travail minutieux de transcription, puis de « collation », c’est-à-dire d’assemblage et enfin d’annotation nécessaire pour réaliser ce projet. Les documents sont aujourd’hui publiés en version papier et en version numérique. De fait, bien avant le développement des Humanités Numériques, la société avait déjà commencé à faire des microfilms pour protéger ces documents. Depuis, la technologie a permis d’aller plus loin et le projet « The Adams Papers at work » a vu le jour et a permis de développer un certain nombre d’outils : Adams Template pour que les documents soient publiés selon un certain standard ; Online Adams Catalogue (OAC) qui recense les différents textes, et Adams Papers Digital Edition, pour éditer enfin les textes. Cette présentation a ensuite été suivie d’une seconde, plus brève, pour parler du projet « Digital Jefferson » qui consiste à créer du lien entre des images, du texte, des annotations, des vidéos de chercheurs, etc. pour favoriser une immersion dans le monde et la vie de Thomas Jefferson.

La communication de Sara Georgini a été longuement applaudie et a ensuite été discutée par Steve Sarson (Université Lyon 3). Diverses questions d’ordre épistémologiques ont été abordées, notamment pour comprendre ce que devient la recherche lorsque l’accès aux sources est à ce point facilité et pour savoir si la publication de ce type de documents est toujours considérée comme de la recherche justement. On s’est également interrogés sur l’intention éditoriale qui préside à ce type de projets. S’il est évident que les chercheurs ont besoin de ces nouveaux outils et si leur rôle consiste aussi à favoriser l’accès à ces données aux citoyens, il n’en reste pas moins que la sélection opérée, les liens mis en place, résultent d’une intention et donc d’une orientation, d’une interprétation, comme tout travail éditorial. Or, ici comment informer le visiteur du site de cette interprétation, quel sens lui donner ? Et enfin, est-ce que les jeunes chercheurs, désormais familiers de ces outils, sont conscients de ces choix interprétatifs ? Savent-ils qu’ils sont soumis à une forme de lecture des textes, bien différente de celle qu’ils auraient eue s’ils avaient eu à fouiller dans les archives ? Et une fois qu’ils en sont informés, comment cela influence-t-il leur recherche ?

Épistémologie et pratiques des humanités numériques #ephn2016 – Storify de la séance « Patrimoine(s) » le 19 février 2016 à l’IHA

La deuxième séance du séminaire « Epistémologie des Humanités Numériques » (#ephn2016) fut consacrée à une réflexion sur le patrimoine et les moyens de le mettre en avant, de favoriser sa mise à disposition auprès de divers types de publics, spécialisés ou non. Pour cela, une première contribution, celle de Davide Gherdevich (UVSQ) a rendu compte d’un projet collectif sur les listes au Moyen-Age, le site Polimawiki, interface du projet Polima.

CbkPxG1VAAAOx6Q.jpg largeL’objectif est de diffuser les listes composées au Moyen-Age tout en permettant un espace de dialogue et de débat entre les chercheurs, en donnant l’accès à tous à ce type de documents et bien sûr en donnant la possibilité aux chercheurs d’enrichir le contenu, de le préciser, etc. Davide Gherdevich a expliqué les choix opérés par l’équipe en termes de logiciels, de mise en page et bien sûr d’ergonomie. Cette communication a pu ainsi mettre en lumière le rôle des Humanités Numériques dans la diffusion d’un patrimoine très spécialisé et difficile à utiliser.

La seconde intervention concernait cette fois les publics plus larges et notamment les enjeux pour les musées de se servir de l’outil numérique. Nicolas Maître, fondateur de la société Herdanza, est venu nous parler de la difficulté pour les musées de développer l’accès numérique. Plus précisément, il a souligné que chacun a conscience de la nécessité de proposer ce type d’outils mais davantage pour attirer un jeune public que pour les potentialités réelles qu’il propose. Il a notamment présenté les diverses possibilités existantes et à venir pour que le numérique joue un rôle dans l’accès aux connaissances et notamment à la représentation des anciens bâtiments. Spécialiste du Moyen-Age et d’archéologie, sa société se concentre en effet sur les musées consacrés à cette période.

La séance a été discutée par Vanina Kopp, docteur en histoire médiévale (IHA). Outre la réflexion autour du patrimoine, il y avait donc bien un second enjeu dans cette séance: comment saisir une histoire très ancienne aujourd’hui? Aussi bien pour les chercheurs dont l’accès aux sources est rendu difficile et qui peuvent peiner ensuite à échanger sur ces sources ou à les comparer, que pour le public, qui conserve une certaine vision romantique et faussée du Moyen-Age. Les Humanités Numériques permettent ici certes de favoriser l’échange et le dialogue entre les publics, les médiateurs, etc., comme c’est souvent le cas, mais elles offrent également la possibilité de renouer avec une histoire plus proche de la réalité, « plus colorée » comme l’a souligné Vanina Kopp et de favoriser l’expérience du temps passé