Archives mensuelles : septembre 2016

Programme du séminaire 2017 « Epistémologie et pratiques des Humanités Numériques »

La deuxième édition du séminaire « Epistémologie et pratiques des Humanités Numériques » débutera le 13 janvier avec Sean Takats comme intervenant et Frédéric Clavert comme discutant.

Le séminaire se tiendra dans les locaux de l’INRIA. Il est ouvert à tous mais uniquement sur inscription préalable.Il aura lieu le vendredi de 10h à 12h de janvier à juin, 2 Rue Simone IFF, 75012 Paris. Continuer la lecture de Programme du séminaire 2017 « Epistémologie et pratiques des Humanités Numériques » 

Épistémologie et pratiques des humanités numériques #ephn2016 – Résumé de la séance 3 (18 mars 2016 à l’IHA)

Sara Georgini (Boston University, Massachusetts Historical Society) est venue parler de la famille Adams (pas celle du film mais bien celle du 6ème président des Etats-Unis) et notamment d’une caractéristique très spéciale de cette famille : leur goût pour les lettres et les journaux intimes. Sur plusieurs générations, les Adams ont tenu des journaux intimes pendant des dizaines d’années, ils se sont échangés de très nombreux courriers qui sont autant de précieuses informations sur l’époque, la culture, le mode de vie et la famille en elle-même bien sûr. Un tel ensemble mérite d’être mieux connu et diffusé dans la mesure où il est un excellent outil pour les chercheurs d’une part, et qu’il intéresse également les citoyens curieux d’en savoir davantage sur la famille d’autre part. Les anecdotes y sont nombreuses et la lecture s’avère très divertissante.

ephn2016 3

La Société Historique du Massachusetts (MSH) travaille depuis plusieurs années à l’édition, forcément sélective, des courriers et journaux intimes de cette famille, et Sara Georgini a mis en avant le travail minutieux de transcription, puis de « collation », c’est-à-dire d’assemblage et enfin d’annotation nécessaire pour réaliser ce projet. Les documents sont aujourd’hui publiés en version papier et en version numérique. De fait, bien avant le développement des Humanités Numériques, la société avait déjà commencé à faire des microfilms pour protéger ces documents. Depuis, la technologie a permis d’aller plus loin et le projet « The Adams Papers at work » a vu le jour et a permis de développer un certain nombre d’outils : Adams Template pour que les documents soient publiés selon un certain standard ; Online Adams Catalogue (OAC) qui recense les différents textes, et Adams Papers Digital Edition, pour éditer enfin les textes. Cette présentation a ensuite été suivie d’une seconde, plus brève, pour parler du projet « Digital Jefferson » qui consiste à créer du lien entre des images, du texte, des annotations, des vidéos de chercheurs, etc. pour favoriser une immersion dans le monde et la vie de Thomas Jefferson.

La communication de Sara Georgini a été longuement applaudie et a ensuite été discutée par Steve Sarson (Université Lyon 3). Diverses questions d’ordre épistémologiques ont été abordées, notamment pour comprendre ce que devient la recherche lorsque l’accès aux sources est à ce point facilité et pour savoir si la publication de ce type de documents est toujours considérée comme de la recherche justement. On s’est également interrogés sur l’intention éditoriale qui préside à ce type de projets. S’il est évident que les chercheurs ont besoin de ces nouveaux outils et si leur rôle consiste aussi à favoriser l’accès à ces données aux citoyens, il n’en reste pas moins que la sélection opérée, les liens mis en place, résultent d’une intention et donc d’une orientation, d’une interprétation, comme tout travail éditorial. Or, ici comment informer le visiteur du site de cette interprétation, quel sens lui donner ? Et enfin, est-ce que les jeunes chercheurs, désormais familiers de ces outils, sont conscients de ces choix interprétatifs ? Savent-ils qu’ils sont soumis à une forme de lecture des textes, bien différente de celle qu’ils auraient eue s’ils avaient eu à fouiller dans les archives ? Et une fois qu’ils en sont informés, comment cela influence-t-il leur recherche ?

Épistémologie et pratiques des humanités numériques #ephn2016 – Storify de la séance « Patrimoine(s) » le 19 février 2016 à l’IHA

La deuxième séance du séminaire « Epistémologie des Humanités Numériques » (#ephn2016) fut consacrée à une réflexion sur le patrimoine et les moyens de le mettre en avant, de favoriser sa mise à disposition auprès de divers types de publics, spécialisés ou non. Pour cela, une première contribution, celle de Davide Gherdevich (UVSQ) a rendu compte d’un projet collectif sur les listes au Moyen-Age, le site Polimawiki, interface du projet Polima.

CbkPxG1VAAAOx6Q.jpg largeL’objectif est de diffuser les listes composées au Moyen-Age tout en permettant un espace de dialogue et de débat entre les chercheurs, en donnant l’accès à tous à ce type de documents et bien sûr en donnant la possibilité aux chercheurs d’enrichir le contenu, de le préciser, etc. Davide Gherdevich a expliqué les choix opérés par l’équipe en termes de logiciels, de mise en page et bien sûr d’ergonomie. Cette communication a pu ainsi mettre en lumière le rôle des Humanités Numériques dans la diffusion d’un patrimoine très spécialisé et difficile à utiliser.

La seconde intervention concernait cette fois les publics plus larges et notamment les enjeux pour les musées de se servir de l’outil numérique. Nicolas Maître, fondateur de la société Herdanza, est venu nous parler de la difficulté pour les musées de développer l’accès numérique. Plus précisément, il a souligné que chacun a conscience de la nécessité de proposer ce type d’outils mais davantage pour attirer un jeune public que pour les potentialités réelles qu’il propose. Il a notamment présenté les diverses possibilités existantes et à venir pour que le numérique joue un rôle dans l’accès aux connaissances et notamment à la représentation des anciens bâtiments. Spécialiste du Moyen-Age et d’archéologie, sa société se concentre en effet sur les musées consacrés à cette période.

La séance a été discutée par Vanina Kopp, docteur en histoire médiévale (IHA). Outre la réflexion autour du patrimoine, il y avait donc bien un second enjeu dans cette séance: comment saisir une histoire très ancienne aujourd’hui? Aussi bien pour les chercheurs dont l’accès aux sources est rendu difficile et qui peuvent peiner ensuite à échanger sur ces sources ou à les comparer, que pour le public, qui conserve une certaine vision romantique et faussée du Moyen-Age. Les Humanités Numériques permettent ici certes de favoriser l’échange et le dialogue entre les publics, les médiateurs, etc., comme c’est souvent le cas, mais elles offrent également la possibilité de renouer avec une histoire plus proche de la réalité, « plus colorée » comme l’a souligné Vanina Kopp et de favoriser l’expérience du temps passé

Comment et pourquoi construire un protocole en SHS ?

La notion de protocole, en français, mais ses sens sont similaires en anglais ou en allemand, désigne soit l’ensemble des règles et des usages à observer dans des circonstances sociales officielles, soit une instruction précise et détaillée mentionnant toutes les opérations à effectuer dans un certain ordre ainsi que les principes fondamentaux à respecter pour exécuter une opération ou réaliser une expérience. Dans les deux cas, il s’agit de créer une liste de règles et de pratiques visant à clarifier une situation. Le protocole est un document bien utile qui apporte une solution pratique, pas forcément unique ni définitive, à une question spécifique.

Continuer la lecture de Comment et pourquoi construire un protocole en SHS ? 

Les Humanités Numériques: une nouvelle discipline universitaire?

A l’instar du numérique qui fait son entrée par tous les pores de la société, l’éducation, le commerce, l’information, etc., les Humanités Numériques (HN) semblent être partout et contaminent la plupart des projets de recherche en SHS. Mais qu’en est-il vraiment ? Quel rapport entretiennent les HN avec les SHS ? Il est bien connu que les pratiques en HN varient beaucoup selon qu’elles sont le fait de chercheurs en Lettres, en Histoire, en Géographie, en Art, etc. L’usage d’un terme générique ne doit pas cacher la disparité d’usage, d’outils et de conceptions en fonction des disciplines SHS. L’apparente unité semble désormais se fissurer au profit de pratiques individuelles, segmentées, liées à une approche scientifique ou à un objet particulier. Avec raison ?

A mon sens, il y a là la preuve d’une conception encore imparfaite des HN, et surtout d’une confusion bien commode, qui règnerait en maître et nuirait à une définition scientifique et disciplinaire des HN. Pourquoi, contrairement aux autres sciences, les HN ne pourraient-elles pas être définies plus précisément ? Et dans ce cas, dans quelle mesure peut-on encore penser les HN comme une discipline naissante, qui pourrait avoir sa propre section CNU et ouvrir sur de nouvelles formations ? Certes, je ne fais ici que remuer une vieille question au sein des HN. Discipline, science, pratique, etc. ? Les essais de définition sont nombreux et ne satisfont personne. Mais il me semble qu’on continue à ériger en spécificité liée aux Humanités, un bouleversement qui agite chaque partie de la société. Je m’explique.

Aujourd’hui, les HN sont le plus souvent le domaine de chercheurs et d’ingénieurs de recherche qui sont très à l’aise avec des outils numériques visant à faciliter la diffusion d’objets scientifiques (articles mais aussi œuvres anciennes, tableaux, base de données, etc.), mais aussi leur accessibilité (base de données et édition critique) et leur représentation (visualisation, nuage de mots, etc.). Bien sûr, cela facilite grandement le travail du chercheur et contribue à augmenter les échanges entre spécialistes dans le monde entier, mais aussi avec des personnes du milieu non académique. A l’entendre, les HN jouent donc finalement avant tout un rôle pédagogique. Et bien sûr, elles permettraient également quelques trouvailles dans la recherche en changeant la perspective, en créant de nouvelles questions de recherche ou parce qu’elles favorisent le dialogue et les échanges entre chercheurs.

Mais en quoi l’utilisation de ces nouveaux outils diffère-t-elle des possibilités incroyables offertes par le développement de l’informatique ? par le passage de la machine à écrire aux logiciels de traitement de texte, ou au tableur ? Dans les deux cas, il s’agit d’augmenter la productivité du chercheur, de faciliter son travail, de modifier sa présentation et donc de favoriser potentiellement le changement de perspective, l’approfondissement d’une question, la découverte d’une hypothèse non envisagée jusque là. Bien sûr, les logiciels en HN contribuent particulièrement à répondre à des questions auxquelles on ne pensait pas pouvoir répondre ou bien à faire naître de nouvelles questions. Mais finalement, en quoi est-ce réellement différent ? Cela modifie le rapport à la recherche, et donc le rapport au savoir, mais est-ce spécifiquement une pratique de chercheur et notamment de chercheur en SHS ?

A mon sens, non. Le développement du numérique a modifié la pratique du chercheur en SHS. Très bien. Quelle nouveauté ? Il a fait de même pour les chercheurs en Sciences et plus largement pour la plupart des secteurs de la vie quotidienne, pour les citoyens, les banques, l’alimentation, etc. Le numérique a modifié des pratiques, a fait naître de nouveaux besoins, a apporté des solutions à des problèmes qui n’existaient pas et à fait naître de nouvelles questions. Ce qui apporte de la nouveauté, c’est donc le numérique. Un constat que tout le monde a déjà fait. Alors dans ce cas, que reste-t-il des HN ? Pourquoi faudrait-il un nom à ces nouveaux usages ? En quoi se distinguent-ils d’un usage du numérique pour la recherche en SHS ? Pourquoi ne parle-t-on pas de « Sciences numériques », pour parler de cet usage du numérique par les chercheurs en Sciences dites « dures » ?

Il y a aujourd’hui dans la communauté de chercheurs en SHS un usage du numérique qui permet les éditions en ligne critiques, la création de base de données, la visualisation de questions de recherche et qui crée de nouvelles questions de recherche. Mais il ne s’agit pas d’une nouvelle discipline, d’une nouvelle science. Le numérique a simplement favorisé une interdisciplinarité et une extension du réseau comme il l’a fait pour tout le reste.

Par contre, les mutations sociales, culturelles, économiques, professionnelles qui sont induites par le numérique doivent faire l’objet d’études par des chercheurs spécialisés sur ces questions, habitués à mener des projets de recherche sur l’homme et la société, en capacité de comprendre des phénomènes contemporains par une analyse fine et une expertise sur des pratiques du passé. La société a besoin aujourd’hui de chercheurs aptes à comprendre ces mutations, à les anticiper, à les expliquer grâce à leur formation et à leur bagage intellectuel. Et c’est là que l’on pourrait parler d’HN.

La confusion qui règne entre le numérique et les outils qu’il procure au monde de la recherche et les HN devient très gênante. Comme les Sciences de l’Information et de la Communication (SIC), les HN se caractérisent par leur caractère transdisciplinaire. Mais contrairement à elles, traditionnellement centrées sur le développement des nouveaux médias et leur impact dans la société (radio, journaux, tv, etc.), les HN se concentrent sur des objets numériques. On pourrait alors penser qu’elles ne seraient qu’une sous-section des SIC. Mais c’est négliger un autre aspect définitoire des HN : leur caractère prospectif.

Les HN peuvent s’appuyer sur une histoire passée mais n’ont pour objet que l’hyper-présent ou le futur à venir. Elles servent à comprendre le monde de demain, à le faire advenir dans de meilleures conditions et à l’expliquer aux citoyens, aux dirigeants, etc. Le chercheur en Humanités est ici dans une toute autre situation par rapport à ce qu’il a l’habitude de faire dans sa pratique. Il doit inventer, comprendre et analyser en s’appuyant sur une solide culture classique scientifique qui le met en position de mieux anticiper les changements dans la société. Tel est, à mon sens, le rôle des HN. Bien loin des outils numériques utilisés pour notre recherche dans des secteurs disciplinaires donnés…

Il est difficile aujourd’hui de valoriser la recherche en SHS, quand bien même chacun s’accorde à dire qu’elle est essentielle. Mais pourquoi ? Parce que le chercheur en SHS consacre son expertise à une traduction et une représentation d’un problème lié à une pratique humaine. En cela, il est le seul à même de jouer un rôle actif pour expliquer et anticiper les changements à venir. Le chercheur en SHS trouverait ici une nouvelle légitimation, un autre rôle et pourrait prendre une place d’expert méritée et qu’il est le seul à pouvoir réellement assumer, sans perspective commerciale ou orientation politique spécifique. Encore faudrait-il pour cela qu’il s’en saisisse ! Bien loin d’un usage numérique des SHS, les HN seraient donc la première science, dans les SHS, consacrée à une observation prospective du monde.

Épistémologie et pratiques des humanités numériques #ephn2016 – Résumé de la séance 4 (15 avril 2016 à l’IHA)

Damien Leboulanger a présenté le 15 avril à l’occasion du séminaire « Epistémologie et Pratiques des Humanités Numériques » une méthodologie de Text Mining dans le cadre de sa recherche sur le UKIP, parti d’extrême-droite anglais, et sa perception de la nation anglaise.

IMG_20160415_105136

La présentation de Damien Leboulanger a montré de façon très pédagogique les différentes étapes du processus de fouille de données ainsi que les différents modes de visualisation des résultats. Mais elle a également soulevé un certain nombre de questions, qui participent de la réflexion menée dans ce séminaire.

D’une part, contrairement à ce que pourrait laisser penser l’outil technique et statistique, le parti-pris n’est pas absent de ce type de travail. Lorsque dans l’étape consacrée à la préparation du corpus, Damien Leboulanger explique qu’il faut supprimer les « mots inutiles », qui sont en fait des mots peu signifiants qui contribuent à organiser le texte, on s’aperçoit qu’il y a un risque de supprimer trop ou pas assez de ces mots, et que cette catégorie est pour le moins hasardeuse. Est-ce qu’une négation est un mot inutile ? Oui dans une analyse quantitative mais non dans une analyse sur l’évaluation du discours.

D’autre part, comme l’a souligné Laurent Bouvet qui a commenté, et salué, la présentation de Damien Leboulanger, la question du corpus est également un souci dans l’interprétation des résultats. En effet, dans le cas d’une analyse de textes dont la fonction et la diffusion varient considérablement, comment prendre en compte ces variables dans la visualisation des résultats ? Une réponse possible consiste à donner des valeurs à chaque texte pour mettre en avant leur importance mais là encore, cela s’effectue au moyen d’un choix arbitraire, d’une conception personnelle et sélective du chercheur.

De la même façon, comment régler dans cette analyse les cas d’ironie et de double discours d’une part ? ou encore la suppression de la mise en page ? Certains mots sont en effet peu présents mais peuvent apparaitre en exergue dans des titres de paragraphes par exemple. Comment ajuster ces différences de valeur signalées par la mise en page ? Est-ce qu’un mot est plus important s’il est dans un titre par rapport à un autre mot répété des dizaines de fois ? Là encore, un choix arbitraire doit être effectué par le chercheur. Et s’il veut aller au plus près de la « vérité », si tant est que cela soit possible, l’analyse doit être croisée avec une analyse de la réception des textes.

Une question de la salle a également porté sur l’apport réel de l’outil par rapport à une lecture approfondie. Est-ce que des résultats inattendus ont été constatés ? En effet, hormis la possibilité d’avoir des chiffres et des statistiques à proposer, peut-on également dire que l’utilisation de ces logiciels permet de signaler d’autres directions de recherche ? ou de mettre en avant des phénomènes particuliers ? Dans le cas du travail de recherche exposé ici, la plupart des résultats étaient escomptés et il n’y a guère eu de surprise (c’est d’ailleurs très souvent le cas finalement). Néanmoins, les graphes ont révélé des absences de mots qui étaient pourtant attendus dans le cas d’un parti d’extrême-droite. Ces absences sont donc davantage signifiantes et méritent que le chercheur s’y arrête. L’outil technologique doit ainsi être considéré comme une étape dans le travail de recherche et non comme une finalité. La plupart du temps, l’usage des logiciels DH permet de mettre en avant un aspect spécifique sur lequel il faut s’interroger.

Enfin, on s’accorde bien évidemment sur la fonction éminemment pédagogique des Humanités Numériques dans la mesure où la plupart des logiciels permettent de donner des chiffres, qui illustrent bien des écarts, évolutions, etc., et de représenter des résultats dont d’identifier des points importants d’un seul coup d’œil.

L’aléatoire dans les outils d’Humanités Numériques n’est pas plus important, ni moins, que dans un projet « analogique » pour reprendre la formule de Lauric Henneton. Il s’agit simplement d’en être conscient et de ne pas avoir pour objectif de présenter de jolis diagrammes mais de trouver les questions et les problèmes contenus dans ces diagrammes. C’est toute une réflexion sur la méthodologie du travail de recherche que permet l’épistémologie des Humanités Numériques. Reste à envisager dans la suite une réflexion sur les étapes du travail de recherche et sur la place des logiciels dans ces étapes.

Épistémologie et pratiques des Humanités numériques #ephn2016 – Résumé de la séance 5 (13 mai 2016 à l’IHA)

sem dig humPour la cinquième séance du séminaire, Roger Louis Martínez-Dávila (CONEX-Marie Curie Fellow, Instituto Histografía Julio Caro Baroja, Universidad Carlos III de Madrid) a présenté une communication intitulée “Plus Ultra, Beyond Text: Digital 3D Representations of Late Medieval Spanish Inter-Religious History”.

L’objectif du projet est de recréer des liens entre les publics et les travaux des chercheurs, par exemple en réutilisant les principes du jeu vidéo pour illustrer des données de recherche. D’emblée, Roger Louis Martínez-Dávila positionne le projet sous l’angle de la diffusion et met en évidence les réticences des chercheurs à utiliser ce type de technologies. Selon lui, pourtant, il s’agit simplement de proposer une nouvelle façon de faire.

A partir de l’exemple des échanges et des relations entre Juifs, Chrétiens et Musulmans au royaume de Castille entre le XIIe et le XIVe siècle, il montre comment les faits historiques, souvent connus, peuvent également être justifiés et interprétés en retraçant l’histoire, par le biais de la narration.

Entouré d’une équipe pluridisciplinaire de chercheurs et d’ingénieurs, R.L. Martínez-Dávila a commencé par proposer une reconstitution de l’espace et de l’architecture de l’époque. L’objectif consiste en effet à souligner les regroupements des communautés religieuses dans les divers espaces de la ville. Cette tâche a permis de prendre conscience des échanges entre communautés, notamment en constatant que de nombreux édifices d’une religion pouvaient avoir été construits dans des quartiers peuplés de communautés de religions différentes. Cette tâche a été menée dans l’idée de proposer une solution à la problématique suivante : Comment évaluer et représenter le passer ?

Une première solution consiste dans le « spatial and narrative understanding », c’est-à-dire dans le fait de proposer une représentation de la ville. Des géographes ont donc cartographié l’espace et l’ont reconfiguré en enlevant les fils électriques par exemple et en utilisant les plans du royaume à l’époque. On sait que les conflits religieux concernent davantage le territoire que la religion en elle-même et la représentation spatiale a permis de montrer que les répartitions n’étaient pas si simples. La situation est bien plus complexe que ce qu’elle semblait dans les ouvrages.

Pour parvenir à une compréhension fine des échanges inter-religieux, le projet s’est appuyé sur une « conceptual imagination », c’est-à-dire que la représentation s’est efforcée de proposer une réalité telle qu’elle a pu être : concernant l’architecture des édifices par exemple. Certains existent encore aujourd’hui mais ceux qui ont été détruits ont été reproduits sur le modèle d’édifices similaires construits dans la région à la même époque. Des « avatars » Juifs, Musulmans et Chrétiens ont été créés à partir des costumes présentés dans des musées de la région, afin de donner une représentation aussi fidèle que possible du réel. L’objectif ici est bien de proposer une immersion dans une époque autour d’une problématique.

Enfin, la troisième étape « Digital narrative » a consisté à créer une histoire autour de certains individus et de les faire évoluer dans l’espace pour faire prendre conscience de la complexité des échanges. Cela a permis notamment de montrer la mixité de la population.

Le résultat de ce projet est un film de 12 minutes, « Virtual Plaesencia », s’inspirant largement du jeu vidéo avec des personnages, un lieu et une époque représentées. A cela s’ajoute le récit d’une histoire écrite dans une bande en bas de l’image pendant qu’une musique complète l’immersion du spectateur.

Ce projet témoigne de la possible « (serious) gamification » de la recherche et propose à l’habituelle méthode de présentation des faits, l’alternative du storytelling. C’est une méthode utile pour la muséographie et pour diversifier les publics mais ce n’est pas tout. Cette approche a aussi permis aux chercheurs de reconsidérer certains aspects de cette histoire, d’en imaginer des causes et donc d’élargir les perspectives de recherche. Autrement dit, il ne s’agit pas seulement de visualisation et de diffusion de résultats de recherche, mais également de mettre en évidence des aspects négligés jusque-là.

Plus largement, cette présentation a montré la nécessité dans certains cas de créer des histoires pour mieux comprendre une période ou des pratiques. Comme l’a souligné Yan Brailowsky (Paris Ouest-Nanterre) dans son commentaire : nous pouvons souvent dire ce qui a été, mais il est plus difficile de dire pourquoi. Le storytelling permet de faire des hypothèses très concluantes et de prendre conscience de phénomènes auxquels on n’avait pas pensé.

Malgré tout, il reste une difficulté à ce type de projet : c’est la possibilité pour le spectateur, qu’il soit ou non chercheur, de faire la différence entre l’hypothèse et le fait dans la représentation qu’on lui donne à voir. Jusqu’à quel point l’immersion dans une réalité augmentée permet-elle de répondre à des questions de recherche ? Outre la dimension éducative et divertissante, ce qui est déjà un atout, dans quelle mesure le storytelling peut-il être considéré comme une méthode de recherche ?

Sur ce point, R.L. Martínez-Dávila et Yan Brailowsky étaient d’accords pour considérer que c’était une façon d’expérimenter l’histoire et la mémoire, de les considérer comme des expériences.

Épistémologie et pratiques des Humanités numériques #ephn2016 – Résumé de la séance 6 (3 juin 2016 à l’IHA)

La dernière séance du séminaire avant les congés d’été a été l’occasion d’entendre trois doctorants qui travaillent sur des sujets très différents et utilisent divers outils des Humanités Numériques. Cette séance a ainsi permis de réfléchir à l’intérêt d’associer des pratiques issues des Humanités Numériques à un projet de recherche.

session doc #ephn2016

Audrey Le Coustour (DYPAC / UVSQ),  qui prépare une thèse sous la direction d’Emmanuel Bury, a proposé une communication intitulée « Valorisation d’une bibliothèque au XVIIe siècle: quels outils numériques? ». Elle a d’abord expliqué qu’elle travaille avec Google Scholar et Netvibes pour optimiser son temps de recherche d’informations, ce qui lui permet un gain de temps et une meilleure exhaustivité. Elle a ensuite mis en avant les techniques et logiciels utilisés pour construire une base de données autour de la bibliothèque de Pierre-Daniel Huet (Access et Excel dans un premier temps, puis le recours à un wiki pour favoriser le travail collaboratif). Elle a conclu son intervention en soulignant deux apports spécifiques liés aux Humanités Numériques, outre le gain de temps: d’une part l’instauration de réseaux participatifs à l’international et d’autre part la création de liens hypertextes vers d’autres bases ou d’autres sites.

La seconde doctorante, Alina Shron, (LARCA / Univ. Paris Diderot), a présenté sa recherche sur « L’éducation et l’Empire: tracer la migration et transformation de la pensée avec les outils numériques ». Elle s’intéresse plus particulièrement aux exportations de la sociabilité anglaise dans les pays du Commonwealth et utilise des logiciels d’analyse de texte.

Enfin, Sergio Torres Aguilar (DYPAC / UVSQ / Univ. Paris-Sud),  est venu présenter son travail intitulé « Le traitement numérique des textes médiévaux. La reconnaissance des entités nommées dans les Chartes bourguignonnes du Moyen Âge. » Sa base de données s’appuie sur des documents du XIe au XIVe siècle. Il a montré comment ce projet s’inscrivait véritablement dans le champ des Humanités Numériques, notamment pour sa granularité (c’est-à-dire que le projet est réalisable partout, en individuel ou en groupe), sa scalabilité (projet réalisable à différentes échelles d’analyse), son interopérabilité (avec d’autres logiciels) et enfin le fait qu’il soit réutilisable par d’autres personnes. Sergio Torres Aguilar a conclu son analyse sur les fonctions et les atouts du Big Data et du Close Data.

Cette dernière séance a aussi permis de faire le point sur les discussions menées pendant l’année et d’annoncer les projets à venir en vue de la reconduction du séminaire l’an prochain.

Programme du colloque « Comment penser l’actualité »

Les 5 et 6 octobre prochain, vous êtes conviés à l’Institut historique allemand, 8 rue du Parc Royal, 75003 Paris, pour le colloque que j’organise avec Lisa Bolz, intitulé « Comment penser l’actualité? ».

Voici le programme de ces rencontres, en espérant vous y voir nombreux:

Mercredi, 5 octobre 2016

9h00 Accueil

9h30 Introduction

Session 1 : Qu’est-ce que l’actualité ?

Présidente de séance : Marie-Dominique POPELARD (Université Paris III)

10h00 Conférence d’ouverture : Jean-Baptiste RAUZY (Université Paris IV), Actualité : philosophie politique et épistémologie Continuer la lecture de Programme du colloque « Comment penser l’actualité »