CR de la séance du séminaire #EPHN avec Marianne Reboul, « Comment pense une machine? »

Le 24 mars, le séminaire #EPHN 2017 a accueilli une présentation de Marianne Reboul (doctorante au labeX Obvil) sur la traduction automatique. Intitulé « Comment pense une machine », son exposé s’est d’abord centré sur l’histoire de la traduction automatique avant de rendre compte des techniques contemporaines qui sont développées.

D’emblée, on s’aperçoit que le questionnement n’est pas nouveau. Bien avant les premiers ordinateurs individuels, le problème était déjà posé. Marianne Reboul, commence en 1947, avec le Translation Memorandum, un texte essentiel qui affirme que le langage est un code et qu’il existe des universaux linguistiques que l’on peut décoder.

Cette conception est déterminante pour envisager la possibilité d’une traduction automatique des textes. On imagine alors qu’il suffit de trouver le bon code… Avant de constater qu’il faut aussi avoir à disposition une masse de corpus bilingue qui puisse servir de modèle pour permettre la recomposition dans la langue d’arrivée d’un texte initial.

Les techniques de traduction automatique se sont largement développées grâce à Internet et à la publication en ligne. Le grand nombre de données a contribué au progrès mais de façon paradoxale. En effet, l’importance des données a permis d’affiner plus précisément les pratiques de traduction mais la grande diversité des données, c’est-à-dire leur qualité variable, a augmenté la marge d’erreur. Cela s’explique aisément. Si, dans le corpus modèle, il y a de nombreux textes avec des erreurs de traduction, alors le logiciel reproduira ces mêmes erreurs. Continuer la lecture de CR de la séance du séminaire #EPHN avec Marianne Reboul, « Comment pense une machine? » 

Table ronde sur les Humanités Numériques organisée par le Ministère de l’Education Nationale

Table ronde « Dialogue des humanités numériques entre praticiens (enseignement supérieur/enseignement scolaire)

Dans le contexte du développement des Humanités Numériques, le ministère de l’Education Nationale a organisé une table ronde, en parallèle du salon #Eduspot, pour que les universitaires puissent rencontrer les représentants du secondaire sur la question du numérique. A partir de diverses questions préparées à l’avance dans un document Framapad (https://bimestriel.framapad.org/p/Dialogue_des_humanit%C3%A9s_num%C3%A9riques ), les intervenants ont réfléchi sur l’interdisciplinarité, le rôle du numérique dans les savoirs, etc.

Je ne tiens pas dans ce blog à reprendre ce qui a été dit durant la table ronde puisqu’on peut en avoir un aperçu plus détaillé sur le Framapad associé. Par contre, il me semble opportun de profiter de cet événement pour faire le point sur le numérique et l’enseignement, qu’il soit universitaire ou scolaire, ou encore primaire.

Chassons d’abord les évidences : pour qu’il y ait numérique, il faut aussi qu’il y ait un minimum de moyens techniques. Quelle que soit la motivation de l’enseignant, s’il n’a pas à sa disposition des ordinateurs et une connexion internet, l’enseignement et la pratique du numérique ne peut se faire. Donc il faut des moyens. Mais ensuite, il faut une certaine aisance de l’enseignant et une certaine créativité pour proposer une autre approche pédagogique. Et c’est là qu’on peut faire de vraies propositions pour l’intégration du numérique. Cela passe par un changement de mentalités dans la formation des enseignants. En effet, aujourd’hui, l’autonomie des enseignants est minime. On leur apprend à faire des cours mais à partir d’une pédagogie soigneusement pensée et préparée, facilement utilisable grâce aux manuels des enseignants, mais qui ne permet pas une grande marge de manœuvre. Or, difficile de demander à des élèves d’apprendre autrement, de développer une forme de créativité et d’autonomie, si on ne laisse pas les enseignants acquérir et utiliser eux-mêmes ces compétences. S’il est essentiel que les programmes soient communs, pour le bien des élèves, et leur équité, et s’il est important de former les futurs enseignants à la pédagogie, il n’est cependant pas recommandé de les contraindre dans leur pratique d’enseignant, ce que tend à faire la formation qui leur est proposée. L’organisation en séquence avec une démarche très structurée du processus d’apprentissage est très pratique. Mais cela ne veut pas dire que cela fonctionne avec toutes les classes, ni avec tous les enseignants. Or on sait que l’évaluation passe aussi par le respect de ce qui est enseigné dans les ESPE. Continuer la lecture de Table ronde sur les Humanités Numériques organisée par le Ministère de l’Education Nationale 

CR de la séance 2 du séminaire #EPHN2017 – Intervenant: Andrea Del Lungo

La seconde séance du séminaire a été consacrée à un monstre de la littérature française, Balzac.
Andrea Del Lungo (Lille 3) est venu présenter le projet d’édition numérique eBalzac, construit à partir du projet ANR Phoebus qui propose une édition numérique hypertextuelle des œuvres de Balzac.
Ambitieux et particulièrement attentif aux usages scientifiques, le projet se présente comme une édition numérique enrichie de l’œuvre de Balzac permettant la mise en avant des textes sources qui ont pu influencer l’écriture balzacienne.

Continuer la lecture de CR de la séance 2 du séminaire #EPHN2017 – Intervenant: Andrea Del Lungo 

Compte rendu de la séance introduction du séminaire #EPHN2017 (Invité: Sean Takats)

Le 13 janvier, la première séance du séminaire #EPHN2017 a été inaugurée par Sean Takats, directeur de recherche au Centre Roy Rosenzweig Center pour l’Histoire et les nouveaux Médias, professeur associé d’histoire à l’Université George Mason et actuellement résident à l’Institut d’Etudes Avancées de Paris. Son intervention, intitulée « Vers une nouvelle figure du chercheur : la crise épistémologique des Humanités Numériques » s’est interrogée sur l’automatisation des pratiques de lecture et d’écriture, des pratiques qui sont au cœur du métier de chercheur. Continuer la lecture de Compte rendu de la séance introduction du séminaire #EPHN2017 (Invité: Sean Takats) 

Epistémologie et Pratiques des Humanités Numériques – Séminaire 2017

Pour la seconde année, le séminaire #EPHN2017, organisé par Claire Bourhis-Mariotti (Paris 8), Suzanne Dumouchel (Dariah) et Lauric Henneton (UVSQ) est reconduit, avec la participation de Laurent Chatel (Paris 4). Il se tiendra le vendredi de 10h à 12h, une fois par mois, à l’INRIA (2 rue Simone Iff, 75012 Paris), sauf séance du 21 avril à l’Université Paris Sorbonne (Maison de la Recherche, 28, rue Serpente, 75006 Paris). Continuer la lecture de Epistémologie et Pratiques des Humanités Numériques – Séminaire 2017 

Réflexion sur l’humanisme… Perspectives croisées entre Milad Douehi et Jean-Michel Besnier

Après avoir entendu Milad Doueihi et Jean-Michel Besnier, l’un à la suite de l’autre autour de la notion d’humanisme, lors du colloque « Humanisme Numérique »[1], je vous présente ici une petite synthèse de leurs approches. Tous deux défendent l’idée d’un humanisme issu de la Renaissance mais avec des perspectives qui modifient considérablement leur conception. Continuer la lecture de Réflexion sur l’humanisme… Perspectives croisées entre Milad Douehi et Jean-Michel Besnier 

Quelques mots sur le colloque « Comment penser l’actualité? »

Pendant deux jours, l’Institut historique allemand a accueilli le colloque « Comment penser l’actualité? ». Salué pour son interdisciplinarité, il a permis de confronter la notion à différents contextes, emplois et usages, pour en saisir la « substantifique moëlle », comme le disait Rabelais. Continuer la lecture de Quelques mots sur le colloque « Comment penser l’actualité? »