Archives du mot-clé EPHN2018

« Demandez le programme »: Séminaire Epistémologies et Pratiques des Humanités Numériques 2018:

Pour sa troisième année, le séminaire #EPHN2018 se renouvelle avec un format différent. Toujours organisé avec Claire Bourhis-Mariotti (Paris 8) et Lauric Henneton (UVSQ), le séminaire se tiendra cette année à l’Institut des Sciences de la Communication du CNRS, 20 rue Berbier-du-Mets, 75013 Paris (sauf pour la première séance, voire ci-après).

La structure intervenant-discutant est maintenue, ainsi qu’un temps de dialogue avec la salle mais les discutants auront désormais une autre responsabilité: poser une série de questions « fil-rouge », identiques à chaque séance, pour permettre d’une part une continuité de réflexion d’une séance à l’autre et d’autre part de proposer une conclusion aux travaux qui seront menés.

N’oubliez pas de vous inscrire aux séances en m’envoyant un petit mail (dumouchelsuzanne[at]yahoo.fr).

vendredi 26 janvier : Jérôme Valluy, Paris 1 : « De l’historique des humanités numériques francophones (2007-2017) aux prémices d’une définition pluraliste des humanités numériques ».

La séance débutera avec un cadrage socio-historique des HN entre 2007 et 2017 pour introduire les débuts de la critique (depuis 2016) des HN, marquée par une évolution entre la critique de rejet à la critique de réorientation.

Discutant : Alexandre Gefen, CNRS/ Université Paris 3

Attention, la première séance du 26 janvier aura lieu à l’EHESS, 54 Bd Raspail, 75006 Paris, Salle du Conseil A & B.

JEUDI 15 mars : Marcello Vitali Rosati, Université de Montréal : « Une API pour l’Anthologie grecque: repenser le codex Palatinus à l’époque du numérique ».

Discutant : Xavier-Laurent Salvador, Paris 13

vendredi 13 avril : Claire Larsonneur, Université Paris 8 : « Disruptions numériques : le cas de la traduction »

L’évolution depuis une trentaine d’années de la traduction, à la fois activité intellectuelle et prestation de marché, pourrait éclairer certains des enjeux du passage au numérique pour les humanités. Revenir sur l’histoire des processus de traduction (traditionnelle, Traduction Assistée par Ordinateur, Traduction Automatique) permet d’identifier non seulement des choix techniques et scientifiques divergents mais aussi des rapports à la langue, à l’information et au savoir différents. Alors que le texte était la pierre de touche de la profession, se posent désormais des questions d’environnement de travail (ordinateur personnel, logiciel propriétaire, plateformes privées ou publiques, cloud) ainsi que des questions touchant à la définition des objets de travail (contenus, flux, réseaux). La notion économique de disruption (à savoir le remaniement radical d’un marché suite à l’introduction d’une innovation positionnée sur le moins disant) s’applique à ce que nous vivons actuellement, notamment en matière de rémunération et de statut du traducteur.

Discutante : Ioana Galleron, Paris 3

 

vendredi 18 mai : Clarisse Bardiot, Université de Valenciennes : « Mesurer Merce Cunningham : Que peuvent apporter les culture analytics à l’étude des arts de la scène ? »

La séance sera consacrée aux méthodes d’analyse quantitative dans le domaine de la danse et du spectacle, plus précisément, à propos du chorégraphe Merce Cunningham.

Résumé: Comment la transformation des traces du spectacle vivant en données permet-elle de renouveler l’analyse historique et esthétique des arts de la scène ? En s’appuyant sur les méthodologies propres aux Culture Analytics, je propose un exemple à partir de Merce Cunningham. Que pouvons-nous apprendre sur Merce Cunningham, l’un des plus grands chorégraphes du 20è siècle, grâce à ce type d’approche ? D’une longévité exceptionnelle, la carrière de Merce Cunningham s’étend sur sept décennies, de sa première création en 1938 à sa mort en 2009. Les données réunies concernent la distribution des spectacles, leur documentation dans les «  dance capsules »  ainsi que la vie de la compagnie. Le corpus comprend 183 chorégraphies réparties de 1938 à 2009, dont 86 Dance Capsules, et 347 personnes différentes. A partir de ces éléments, pouvons-nous identifier des traits typiques, des caractéristiques propres à l’histoire et la vie de la compagnie, à l’esthétique de Cunningham et aux stratégies de documentation des œuvres ? La communication présentera les premiers résultats de cette exploration, menée en partie avec des étudiants dans le cadre d’un cours d’introduction aux humanités numériques d’un master en arts.

Discutante : Geneviève Cron, Sciences Po Paris.

vendredi 15 juin : Francesca Musiani, ISCC-CNRS : « Etudier le chiffrement avec des outils STS: au-delà de la usability ».

Projet Nextleap : Typiquement l’apport des SHS à l’étude des outils de chiffrement est de faire des études sur la plus ou moins grande facilité d’usage de ces outils (dans le cadre des dits ‘usability studies’). Adopter une approche STS permet de voir l’ « écosystème » du chiffrement de façon plus complète, des développeurs aux utilisateurs, des régulateurs aux ‘trainers’ numériques, et donc mieux comprendre la facilité (et/ou difficulté) d’usage comme un facteur parmi d’autres qui influencent l’adoption des outils chiffrés.

Discutant : Benjamin Loveluck, Telecom Paris-Tech