Archives du mot-clé web sémantique

CR de la séance du séminaire #EPHN avec Marianne Reboul, « Comment pense une machine? »

Le 24 mars, le séminaire #EPHN 2017 a accueilli une présentation de Marianne Reboul (doctorante au labeX Obvil) sur la traduction automatique. Intitulé « Comment pense une machine », son exposé s’est d’abord centré sur l’histoire de la traduction automatique avant de rendre compte des techniques contemporaines qui sont développées.

D’emblée, on s’aperçoit que le questionnement n’est pas nouveau. Bien avant les premiers ordinateurs individuels, le problème était déjà posé. Marianne Reboul, commence en 1947, avec le Translation Memorandum, un texte essentiel qui affirme que le langage est un code et qu’il existe des universaux linguistiques que l’on peut décoder.

Cette conception est déterminante pour envisager la possibilité d’une traduction automatique des textes. On imagine alors qu’il suffit de trouver le bon code… Avant de constater qu’il faut aussi avoir à disposition une masse de corpus bilingue qui puisse servir de modèle pour permettre la recomposition dans la langue d’arrivée d’un texte initial.

Les techniques de traduction automatique se sont largement développées grâce à Internet et à la publication en ligne. Le grand nombre de données a contribué au progrès mais de façon paradoxale. En effet, l’importance des données a permis d’affiner plus précisément les pratiques de traduction mais la grande diversité des données, c’est-à-dire leur qualité variable, a augmenté la marge d’erreur. Cela s’explique aisément. Si, dans le corpus modèle, il y a de nombreux textes avec des erreurs de traduction, alors le logiciel reproduira ces mêmes erreurs. Continuer la lecture de CR de la séance du séminaire #EPHN avec Marianne Reboul, « Comment pense une machine? »